POPULARITÉ
409

Projet de loi pour la transition écologique des territoires. Les propositions d’Humanité et Biodiversité et de la FNH

Éditer
Publié dans
le 04.02.13
Cadretextereferent1-2_2

Le ministère de l'Egalité des Territoires prépare une loi "logement et urbanisme" dite "Loi Duflot 2".

Deux grands objectifs affichés :

- le logement, pour pallier les manques actuels,
- la lutte contre l'artificialisation des sols, pour cesser de perdre des milieux naturels équivalents à un département tous les 7 ans.

La loi  se veut celle de la transition écologique des territoires.

Les enjeux liés à la biodiversité ce ce projet sont énormes.

Pourquoi ?

Parce que l'urbanisme actuel impacte la biodiversité, mais aussi parce que la biodiversité est un atout pour construire le bien-être en ville.

Humanité et Biodiversité participe donc activement à la préparation de cette loi.

Nous défendons une approche systémique du sujet, une réelle transition écologique du territoire nécessite en effet un changement complet dans l'approche des enjeux liés à la nature.

On ne ne peut plus se contenter de raisonner l'espace en fonction du fait d'en faire une zone constructible ou pas, il faut raisonner projet de territoire, gestion durable, et prendre en compte la biodiversité en amont.

Passons de l'aménagement au MENAGEMENT* DU TERRITOIRE. 

*Ménager = traiter avec égard, prendre soin...

Découvrez nos propositions (co-portées avec FNH) dans le PDF joint.
(dans le document : DHUP = Direction de l'Habitat, de l'Urbanisme et des Paysages)

Commentaires

2
2013-02-05 07:12:07 +0100

Il faut introduire dans les PLU les trames vertes et bleues.*
Limiter les sols morts est un bon projet, mais il faut des couloirs de circulation.

2

1
2013-02-05 12:49:55 +0100

Il faudrait surtout respecter finalement le bon vieux bon sens de nos ancêtres. La surabondance de législations ne garantit pas l'intelligence de terrain, loin s'en faut. En campagne, le bâti en train de pourrir sur place faute de tissu rurale suffirait à loger tout le monde. L'encouragement à vivre loin des villes est inexistant. Voilà un vrai problème. On laisse aux agriculteurs qui ne sont plus que 5% de la population tous les droits sur l'espace agricole qui il n'y a pas encore si longtemps était aussi un espace de vie et les néoruraux n'ont qu'à se débrouiller, avec les surcoûts occasionnés par la vie loin des centres urbains, alors qu'il faudrait au contraire les encourager car ce sont souvent eux qui sont les plus sensibles à une idée de développement durable. La notion de zone constructible ou inconstructible est souvent en soi une simple absurdité, comme on le voit à chaque petit problème naturel de cru ou d'avalanche car il suffit d'acheter la mairie pour ça. A l'inverse on rend inconstructible des zones rurales ce qui pérennise le modèle de la grosse exploitation avec plus de vie en campagne. Aucun respect non plus de la biodiversité humaine si bien adaptée à l'autre, à savoir les structures fondamentales de boccages ou d'openfield. Le modèle du lotissement, une poule aux oeufs d'or pour maçons, est une totale absurdité qui sévit partout. Bref c'est tous les présupposés urbanistiques actuels qui devraient être revus d'urgence. Les sols ne sont morts que parce qu'on fait n'importe quoi. Moins de goudrons, plus de chemins carrossables, en finir avec les plantes décoratives toxiques importés on ne sait pourquoi pour nous pourrir l'existence, genre seneçon du japon, en finir avec les macro-organismes administratifs qui réglementent à tout va jusqu'à l'absurde. Bref, bon courage et attention aux effets pervers des idées apparemment bonnes. L'enfer est pavé de bonnes intentions.

1

1
2013-02-05 13:12:19 +0100

En lisant le pdf, je m'étonne de vous voir si pressés de "limiter le mitage". Euh moi en Français le mitage et le pastillage j'appelle ça l'habitat dispersé (c'est dommage qu'on ne parle plus le français hein!), de règle dans le boccage !!! et là du coup je le perçois non pas comme une nuisance mangeuse d'espace mais comme l'intrication des espaces naturels et humains, ce qui est à mon avis ce que nous avons de mieux à faire, ce que pratique d'autres pays comme la Finlande, et qui garantit l'homogénéité homme/nature. C'est limite contradictoire avec botre reverdissement du tissu urbain et votre ratio verdure à ha!!! Cet habitat dispersé permet de réduire beaucoup de choses : éclairage public (on n'en a pas), surgoudronnisation (possible dans les lotissements mais pas sur une maison tous les kilomètres) et si vous y regardiez de plus près, hormis le souci du transport, cet habitat est un important facteur de biodiversité car il permet de créer un anneau autour du bâti en général indemne de surpopulation agricole (interdiction d'épandage à 200 m des maisons, jardins privés en général riche en fruitiers etc). Bref, c'est à mon avis le point noir de vos propositions, encore très citadines!

1

1
2013-02-05 14:17:54 +0100

Je comprends vos propos, l'idée des trames est de construire des continuités de vie dans un monde,où cette question n'est pas traitée. Si le document donne un sens "citadin" nous devrons le corriger. Mais reconnaissez que l'urbanisation diffuse est un obstacle à la préservation de la biodiversité.
Mais qu'il n'y ait pas de confusion, il peut y avoir d'autres impératifs de vie humaine. Les trames vertes et bleues ne visent pas à sanctuariser la nature dans un Éden sans humain. Il s'agit de concilier, de tenter de concilier des mondes qui peuvent se trouver en affrontement brutal.

1

0
2013-02-05 14:37:01 +0100

Non Jean-Pierre, Je ne reconnais absolument pas que l'habitat diffus est un obstacle à la biodiversité. Je prétends même le contraire exactement. Si vous ne me croyez pas, je vous invite chez moi en Bretagne pour vous le prouver par le concret et à 200%. Les habitations dispersées sont le dernier refuge d'une faune et d'une flore chassée de la nature par les agriculteurs éventuellement aussi chasseurs!

0

2
2013-02-05 14:44:23 +0100

Bien sûr, mais les habitats diffus engendre une circulation automobile excessive. Pour être clair, j'habite DANS le Perche, une commune de 139 habitants, l'enjeu est alors la mobilité des personnes. Il faut donc trouver un compromis entre la lutte contre le réchauffement climatique et la préservation de la biodiversité.

2

1
2013-02-05 16:14:34 +0100

Tout à fait d'accord Jean Pierre, mais le problème de la circulation est un débat en soi. Si on avait des taxis de brousse, ça réduirait considérablement ce problème, sauf que hein, c'est interdit en France pour préserver on ne sait quel lobby de taxis inutilisables en campagne... Ici on a une belle ligne de chemin de fer remise en service au frais du contribuable par l'Etat français pour le compte d'une casse automobile géante qui ne verra jamais le jour! Cherchez l'erreur... Mais c'est un problème qui à mon avis devrait être traité à part, d'autant que cet habitat diffus peut aussi faire baisser des déplacements si on travaille sur place... Bref, le problème des déplacements est à traiter sans doute autrement. Ici, en zone pauvre, les gens ne travaillent pas tous loin de là et se déplacent du coup pas tant que ça.

1

2
2013-02-05 16:23:13 +0100

La Trame verte et bleue reliant des espaces bâtis ou non et aux vocations différentes mais toutes respectueuses du vivant, c'est un idéal à faire devenir réalité par la volonté de tous...

La trame du dialogue est amorcée sur ce site... amenons-y parents et amis, citadins et ruraux. Et que le mouvement "Humanité et biodiversité" se peuple de personnes soucieuses des périls qui se conjuguent négativement : changement climatique et perte de biodiversité.

2

2
2013-02-05 17:38:44 +0100

Un point d'information sur les trajets Domicile-Travail :
http://www.insee.fr/fr/them...

7 actifs sur 10 vont au travail en voiture

Parmi les 25 millions de personnes qui quittent leur domicile pour aller travailler, 18,6 millions utilisent principalement leur voiture, 3,8 millions les transports en commun, 2 millions la marche à pied et 1,1 million un deux-roues, motorisé ou non.

Cette répartition varie beaucoup selon le lieu de résidence des habitants, mais aussi selon la distance qui les sépare de leur lieu de travail.

2

2
2013-02-05 19:23:37 +0100

Je crois aussi qu'il ne faut pas se tromper de débat.
L'objet n'est pas de dire qu'on ne doit vivre que dans des grandes villes denses et pas d'habitats autour.
Oui des gens voudront, et pourront toujours, vivre en habitat dispersé. Mais il y ceux qui, actuellement, le subissent (pour des raisons de prix de l'immobilier par exemple).

Au-delà, quand on parle de limiter le mitage, il s'agit bien de se donner les moyens de concevoir un ménagement du territoire cohérent, et pas de laisser libre cours à une extension urbaine non réfléchie, où le seul choix offert, c'est la dispersion pavillonnaire, comme on le voit trop souvent.
Il faut aussi se dire que le modèle dispersé rencontre du succès parce que les modèles plus denses n'ont pas été valorisés et pensés - pas toujours en tout cas- pour le bien-être.
Les choses peuvent et doivent changer.

2

0
2013-02-05 20:13:57 +0100

"Le seul choix est le mitage", pour pourriez donner des exemples concrets? Parce que ce que j'observe c'est plutôt: le seul choix est le lotissement de maisons moches pendant que le bâti ancien s'écroule.

0

2
2013-02-05 21:08:10 +0100

Le mot "mitage" est utilisé depuis que l'extension des villes, des bourgs et même de certains villages correspond à un étalement dans le milieu naturel environnant.
On parle de grignotage de la campagne mais c'est plutôt une périurbanisation galopante, une course vers une couronne toujours plus éloignée du coeur de la cité, les prix du sol baissant avec l'éloignement.

Ce sont donc des milliers d'hectares de milieux naturels qui sont urbanisés...

2

0
2013-02-06 09:39:46 +0100

Ah Nelly, merci de cette précision, je ne suis pas sûre de ce sens dans le pdf : "d’autoriser, par une délibération motivée du conseil municipal, la construction de terrains situés en?dehors de leur partie déjà urbanisée.
La pratique du pastillage, pour sa part, est destinée à ménager une certaine souplesse vis?à?vis de la restriction aux capacités de construction en zones A et N des PLU, où normalement seules des installations nécessaires à l’exploitation agricole peuvent être édifiées. En raison des abus constatés, il est prévu que les « pastilles » doivent concerner un projet d’intérêt général et n’être autorisées qu’après avis du préfet et de la CDCEA." Pour moi cette définition correspond à l'habitat dispersé et non à la progression du bâti en zone périurbaine. A propos de cette urbanisation en circonférence des villes, il y a une tendance remarquable en périphérie urbaine, ce sont les espaces verts des entreprises : clos de grillage donc empêchant la circulation des animaux, enpelousés donc nul au niveau biodiversité, inutiles humainement parlant car les gens sont enfermés à l'intérieur pour travailler, il faudra qu'on m'explique le pourquoi de cet urbanisme là... Il mange quant à lui une immense quantité de territoire! J'ai peut être lu un peu vite mais je n'en ai pas vu la mention dans le pdf, en tant que tel car l'urbanisme industriel a ses propres lois.

0

0
2013-09-11 15:20:34 +0200

Prenez cent maison sur chacune 1000m² de jardin et mettez les dans un collectif de 100 logements sur un parc de 10 hectares.
Ça c'est intelligent en terme de consommation d’énergie, de réseaux, de goudron et de protection de la bio diversité !

0

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’érosion d...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 763234
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 338892
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 131218
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 210845
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 41208
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 281889

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy