POPULARITÉ
1287

Projets de lignes à grande vitesse « Grand sud-ouest » : un (mauvais) cas d’école !

Éditer
Publié dans
le 30.09.15
Lgv_perpignan_figueras_1_%c2%a9f._h%c3%a9delin_pour_tep_redim

Le gouvernement vient d’annoncer sa décision de continuer la procédure concernant la réalisation des deux lignes à grande vitesse vers Toulouse et Dax.

Un projet à 8,3 milliards d’euros (1000 fois Sivens…), un projet pour lesquels trois rapports officiels disent, selon les cas, qu’il faut le décaler dans le temps (pas avant 2030 !), le modifier en fonction des alternatives possibles et des impacts insuffisamment étudiés à ce jour, et le troisième exprime carrément un avis défavorable à sa déclaration d’utilité publique.

Et pourtant le gouvernement décide donc de poursuivre, salué en cela par presque tous les « grands » élus locaux.

Un mauvais cas d’école, que nous vous invitons à découvrir dans la note jointe et dans ses annexes qui reprennent les avis officiels.

Ce décryptage met aussi en évidence qu’il est pratique d’accuser les environnementalistes de mener des combats d’arrière-garde contre de tels projets pour préserver la faune, afin de masquer les vraies raisons qui discréditent ces décisions !

Un an après les annonces du Président de la République sur la nécessaire amélioration du dialogue environnemental, où est la cohérence ?

Crédit photo : F. Hédelin pour TEP

Commentaires

2
2015-09-30 14:04:02 +0200

Comme je me suis pris à l'écrire dan un commentaire récemment, toutes "les crises", environnementale, économique, sociale, etc ... ont plus ou moins la même origine : une crise politique de plus en plus éclatante.
Nos leaders ne sont pas à la hauteur des missions qui sont les leurs, trop préoccupés par d'autres intérêts, à courtes échéances et courte vue, peut-être ? Ou simplement sans vision suffisamment large et globale.
Si il est absurde de demander à ce qu'un président ait les mêmes préoccupations qu'un citoyen lambda au quotidien, il reste nécessaire qu'un président, et ses équipes, n'oublient ni le quotidien, ni l'intérêt général fait de la vie de tous les citoyens lambdas.

2

4
2015-10-04 17:01:40 +0200

Nous nous offusquons des dictatures ailleurs, où le fait du prince s'impose, souvent par le sang, à ses concitoyens, ses sujets. Nous nous enorgueillissons de la valeur de notre démocratie, qui s'ancre dans la tradition hellénistique, les Lumières, nos Républiques. En matière d'environnement, notre arsenal s'est peu à peu renforcé pour, justement, aller au delà de la simple démocratie représentative, et entendre la voix du plus grand nombre possible. Les études d'impact sont cadrées depuis 1976, les enquêtes publiques ont été renforcées et plus ouvertes dès 1983, et a été mis en place à la fin du précédent siècle la Commission Nationale du Débat Public. Et, plus récemment, l'Europe nous a incités (obligés?) à créer une autorité environnementale nationale indépendante.
Pourtant, des excités grimpent aux arbres et s’enchaînent face à des décisions d'infrastructures. Et, même, il y eut un mort contre le projet de barrage de Sivens.
"Plus jamais ça" ont clamé nos gouvernants, qui, par ailleurs, se rêvent les sauveurs de l'Humanité avec la conférence de Paris.
Mais, ces mêmes gouvernants décident en totale opposition à toute une procédure ouverte de démocratie participative, en imposant de faire une infrastructure inutile, chère et dévastatrice. Certains évoquent des élections à venir.
Mais mesure-t-on le message fort ainsi passé? Se rend-on compte que toute cette organisation de la démocratie participative est donc ainsi méprisée? Quelles autres voies donne-t-on donc à la contestation, si ce n'est la violence médiatique? Où est cet approfondissement de la démocratie dont ces mêmes gouvernants nous parlent depuis ce mort pour un petit barrage?
Il ne s'agit pas ici d'environnement, mais bien de démocratie.
Comment demander à tous de se sentir citoyens et responsables, comment s'insurger contre ceux qui brûlent des sous-préfectures, ou prônent la haine de l'autre, si les gouvernants montrent qu'ils méprisent la démocratie, les valeurs de nos institutions?
Il ne s'agit pas seulement de fustiger de grands projets inutiles (la Tour Eiffel l'est-elle, utile?), mais bien les modes de décisions en notre République.
Ce ne sont pas les "écolos" qui doivent réagir, mais les démocrates.
Il s'agit bien ici d'aller au-delà de la biodiversité, vers l'humanité.

4

3
2015-10-04 17:57:06 +0200

3 octobre 2015. C'est parti: les opposants tentent de s'organiser.
" Les réactions qui émanent du terrain sont globalement négatives.
En Sud-Gironde, ce n’est pas une surprise, les plus vives viennent du monde viticole, le tracé impactant au premier chef les vignobles de Graves et de Sauternes.

Le ton est à peine plus mesuré chez Dominique Guignard, qui s’exprime au nom des vignerons des Graves, dont il préside l’appellation. « Depuis l’annonce de la décision de l’Etat, je reçois des quantités d’appels. Les vignerons sont catastrophés, touchés dans leur chair et leur patrimoine. Des exploitations vont être rayées de la carte (1) alors que nous proposons une solution alternative, le long de l’autoroute, qui a le mérite de concilier les intérêts du transport public et de préserver le terroir. Au lieu de ça, le vignoble est sacrifié au nom d’intérêts qui ne sont pas ceux du territoire. »"
(1) Parmi eux les châteaux Mejean, Le Tuquet, de Castres, et Le Grand Bos.
Source: http://www.lerepublicain.ne...

3

1
2015-10-04 18:43:41 +0200

En effet, ces commentaires sont pertinents! J'ajouterai que ceci va en totale contradiction avec le rapport Duron, de l'AFIFT, et qu'on peut se demander ce que va devenir l'entretien des autres voies de notre réseau ferroviaire…Et demander ce que devient le projet de LGV de Paris à Mante la Jolie, sûrement pas assez cher, et pas assez grandiose, pour ce gouvernement, qui, depuis, ne parle plus que de la PNPN, projet, à l'horizon 2030, de Paris à Cherbourg, avec un train à 300 Kmh! Alors que ce projet de doublement de Paris, Mante la Jolie nous ferait gagner une heure pour Paris/Caen, avec un simple train à 200 Kmh! et intéresse Caen, Rouen, et Le Havre, à l'horizon 2018!

1

2
2015-10-04 18:56:10 +0200

Le "Rapport Duron" dont parle Thierry Lenglart s'intitule "Avenir des Trains d’équilibre du Territoire" . ll a été remis à M. Alain Vidalies le 27 mai 2015
Il est téléchargeable là : http://www.afitf.net/remise...

2

0
2015-10-05 02:40:17 +0200

Merci Humanité et Biodiversité, il manque des mots à ce que j'ai écrit? sans doute un bug de ma part,(mon ordi) mais je crois qu'on en comprend le sens général.
Reste une question que vont se poser les Brestois: Pourquoi pas nous?...
Où donc est la concertation?

0

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’érosion d...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 763490
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 338915
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 131218
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 210847
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 41208
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 281897

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy