POPULARITÉ
1634

Les Syrphes

Éditer
Syrphe_syritta_pipiens_

Syrphidae (ou syrphides)

Les syrphes appartiennent à la famille des mouches et comptent environ 200 genres et plus de 5 000 espèces décrites dont plus de 500 en France. On les rencontre en été sur les fleurs. Le premier réflexe est de les prendre pour de petites guêpes.

Description

De par leurs bandes jaunes et brunes, les syrphes sont souvent confondus avec des hyménoptères de type guêpe ou abeille. Cette coloration est une forme de mimétisme particulier dénommé mimétisme batésien, stratégie adaptative disuasive permettant d'échapper à d'éventuels prédateurs en se faisant passer pour une autre espèce non attractive car non comestible, ou toxique.

Comme tous les diptères, les syrphes possèdent une seule paire d'ailes fonctionnelles (les hyménoptères qu’ils imitent possèdent deux paires d’ailes) et deux haltères ou balanciers qu'elles portent en arrière du thorax.
Les syrphes se distinguent des autres diptères principalement par la présence sur l'aile antérieure d'une nervure médiane réduite à un vestige, la "vena spuria". L'autre caractéristique alaire de tous les syrphes est le "faux bord" situé presque parallèlement au vrai bord postérieur de l'aile, et formé de nervures particulières.

On distingue aisément les mâles et les femelles chez les syrphes à partir des yeux qui sont accolés chez les mâles et séparés chez les femelles.
Les syrphes sont de remarquables voiliers capables d'un vol très léger pouvant être malgré tout très rapide ou au contraire complètement sur place. C'est en contrôlant le pas de l'hélice que forme chaque aile que les syrphes arrivent à ces différents types de vols.

Syrphe ou guêpe ? Comment distinguer ?

AILES
- Syrphe: Deux ailes plates et comme "posées" sur le corps.
- Guêpe: Quatre ailes (deux paires d’ailes), repliées sur le dos au repos.

CORPS
- Syrphe: Petit (entre 11 à 15 mm). Un peu aplati, pas de resserrement entre le thorax et l'abdomen; ses rayures oranges sont plus larges que ses rayures noires.
Guêpe: Gros (10 à 20 mm) et resserré entre le thorax et l'abdomen (Le syrphe n'a pas une "taille de guêpe" !)

ANTENNES
- Syrphe: Très courtes, mais attention: certains syrphes ont des antennes atypiques très allongées
- Guête: Très longues

YEUX:
-Syrphe: Grands et globulaires, souvent rapprochés chez le mâle et éloignés chez la femelle
- Guêpe: Noirs, situés de chaque côté de la tête.

Ecologie

Parmi les diptères, les syrphes occupent une place particulière à divers titres.

À l'âge adulte, la plupart des espèces butinent les fleurs et participent de fait à leur pollinisation. Les plantes préférées des syrphes adultes pour leur pollen et nectar sont le coquelicot, le pissenlit, la menthe, la carotte sauvage, l’achillée millefeuille, le bouton d’or, la chicorée ou la pâquerette. Ce sont des plantes courantes, bases de nos habitats et les syrphes participent largement à leur diffusion et reproduction.

Certaine larves sont phytophages et d'autres coprophages et détritiphages: certaines larves vivent dans la matière organique en décomposition qui s’accumule dans les cavités des arbres (Milesia crabriniformis, Heliopilus pendulus par exemple). D'autres encore ont des larves prédatrices, dites aphidiphages, c'est-à-dire qu'elles s'attaquent à tous les stades des pucerons (même ailés). A noter les larves saprophages des Eristalides qui vivent dans les eaux boueuses, souillées (ou dans des réservoirs d'eau de pluie) riches en matière organique comme la "larve queue de rat" de l'Eristale-pourceau.

Les Syrphes et l’Homme

Moins connus que les abeilles, les syrphes sont des pollinisateurs importants pour les plantes sauvages et agricoles. En volant de fleur en fleur sur de longues distances, ils répandent les grains de pollen et participent ainsi à la reproduction des végétaux. On citera le syrphe ceinturé, Episyrphus balteatus, pollinisateur d’une plante très importante économiquement: le colza.

Les larves de syrphe sont des acteurs importants dans la lutte biologique en protection des cultures. Ce sont des agents efficaces, notamment contre les pucerons. Les larves peuvent consommer des centaines de pucerons en quelques jours. Le Syrphe ceinturé est même commercialisé pour ce service rendu aux cultures. La mise en place de bandes fleuries constituées de plantes attractives pour les syrphes telles des espèces du genre Phacelia ou des Œillets d’Inde (Tagetes patula) autour des champs afin d'attirer les syrphes adultes dans les cultures est recommandée. En effet, les syrphes ont besoin de ressources florales (pollen et/ou nectar) afin de se reproduire.

Enfin les syrphes sont des espèces bio-indicatrices. Présents dans presque tous les milieux, les syrphes sont utilisés dans le cadre d'une méthode d'évaluation de l'état de conservation des milieux. Une base de données européenne, Syrph The Net, couplée à des protocoles de piégeage standardisé, permet de faire des diagnostics écologiques.

Les Syrphes dans une Oasis Nature

  • Les syrphes participent au grand recyclage naturel
    Le syrphe est un ardent pollinisateur et un grand amateur de pucerons. Certaine larves consomment environ 400 pucerons au cours de leur vie qui dure de 8 à 15 jours ! Les larves de certaines espèces se nourrissent de débris de végétaux en décomposition.

  • Attirer les syrphes c’est assurer la reproduction donc l’installation l’année suivantes de certaines plantes de manière spontanée et profitable à d’autres espèces.

    • Pour les attirer

Quoi de mieux que d’installer les plantes préférées des syrphes comme ombellifères, marjolaine, sédums, ibéris, lis,... de laisser croître à l’abri de la tondeuse quelques espèces sauvages qui attirent les pucerons et par conséquent les larves de syrphes ( coquelicot, pissenlit, carotte sauvage, séneçon, molène, bourrache, camomille, lavande …) que les plantes apparaissent en tout début de saison (pimprenelle, souci, véronique,...) ou plus tard (tournesol, chardon, pissenlit,...) ou beaucoup plus tard ?

On essaiera de favoriser une seconde vague de fleurs propice à un nouvel apport de nectar en fin de saison (anthémis, valériane ..) en coupant les fleurs fanées.

On facilitera l’hibernation du syrphe en laissant dans l'Oasis une grande diversité d'abris naturels (tas de bois, de feuilles mortes, tas de pierres,…).

Et bien sûr, on évitera tout traitement chimique !

Vignette: Syritta Pipiens
Document joint: Chrysotoxum bicictum

Commentaires

4
2018-06-30 14:13:47 +0200

Important à dire: les syrphes sont inoffensifs !

4

2
2018-06-30 15:39:38 +0200

Merci beaucoup pour ces renseignements, j’en vois dans mon oasis et je ne savais pas ce que c’était

2

2
2018-06-30 18:23:11 +0200

Ah oui c’est important de le savoir
Merci

2

3
2018-07-04 17:05:10 +0200

Je pense en avoir dans mon jardin . Je vais maintenant essayer de les reconnaître .

3

1
2018-07-05 18:18:23 +0200

Merci pour cet article très complet !

1

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’érosion d...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 773038
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 308280
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 128614
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 222279
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 43836
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 271573

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy