POPULARITÉ
58

Problème: le mildiou dans mon Oasis

Éditer
Publié dans
le 30.08.14
Img_2451

Notre Oasis a subi l'offensive du mildiou....et d'autres maladies,…
La nature n'est pas toujours tendre.
Il serait bon que l'on anticipe ce type d'attaque.
Je parle d'un point de vue non nourricier pour ma famille.
D'autres personnes ont un besoin vital de leur potager pour nourrir de manière équilibrée leur famille.
J'attends vos conseils.

JP BOMPARD.

Commentaires

3
2014-08-30 10:56:02 +0200

Du temps de ma première Oasis, nous cultivions des tomates …
Dans les années pluvieuses, le mildiou sévissait. C'était systématique et il aurait fallu mettre préventivement chaque pied sous cloche pour qu'ils ne soient pas douchés!
À l'époque, un maraîcher bio conseillait de transpercer la tige d'un fil de cuivre mais la question de l'évasion du cuivre vers les fruits se pose car notre santé dépend aussi de la composition moléculaire de nos aliments…
Autant dire que si les recettes de ce type existent, aucune étude ne les valide.
Cultiver "bio" n'est pas une garantie contre le mildiou dont les plants de pomme de terre souffrent aussi.
Alors oui aux conseils dont l'efficacité est réelle sur la plante et qui n'ont pas d'effets secondaires indésirables sur les consommateurs que nous sommes …
"Rien n'est simple" !

3

3
2014-08-30 11:07:06 +0200

Oui le mildiou cause des dommages même à des agriculteurs "bio" …
http://www.humanite-biodive...
Il serait intéressant d'établir une liste des variétés de tomates et de pommes de terre résistantes...

3

2
2014-08-30 13:00:57 +0200

Echec dans mon oasis aussi ! J'ai volontairement laisser "s'exprimer" une grande passiflore bleue dont une graine avait germé spontanément côté rue (côté nord!) alors que, plantée ôté jardinet (côté sud), elle n'avait pas germé...Elle était belle, étendue, proliférante. Au printemps, elle avait donné de nombreuses fleurs, Tout l'été, elle a donné des fruits. En cette fin de mois d'août, les fruits ont cohabité avec de nouvelles fleurs attirant les abeilles. Mais de nombreuses feuilles ont jauni. Arrachées par mes soins, elles ont laissé des zones dégarnies d'un mauvais effet au plant esthétique. Le tronc et le feuillage sont collants. Aux points de naissances des rameaux se trouvent de petites soies qui témoignent, je pense, avec le côté "collant" des feuilles, d'une multiplication d'araignées microscopiques. Le savon noir n'a pas eu d'effet. J'ai dû couper, dans la végétation devenue inextricable, des rameaux très infectés, sacrifiant, involontairement, au passage, des rameaux aux boutons et fruits prometteurs...Cette passiflore, qui a fait l'admiration de nombreux touristes tout l'été, est désormais moins touffue. J'espère qu'elle repartira indemne de maladie !

2

1
2014-08-30 13:01:54 +0200

http://www.tous-au-potager....
Si cela peut vous aider ?
Par contre, je n'ai pas d'expérience personnelle à partager sur les résultats obtenus...

1

2
2014-08-30 14:34:13 +0200

J'ai toujours mis les tomates à deux endroits différents du jardin... et, j'ai des consolations.

2

1
2014-08-30 16:30:23 +0200

Vous avez dit MILDIOU ?
Donc voici une fiche à son nom
http://ephytia.inra.fr/fr/C...

1

6
2014-08-31 10:17:31 +0200

Se préparer au mildiou ?
Voilà des siècles que les oomycètes (mildiou, phytophthora...) détruisent nos espoirs de récoltes, de prospérité et d'abondance. Il s'agit de champignons.
La façon la plus commune d'y remédier est "la guerre", chimique, de préférence : du bicarbonate de soude, des cendres, du vinaigre, des purins, des huiles essentielles, ainsi que toutes sortes de molécules dont l'industrie chimique a le secret.
L'esprit humain sait faire preuve de créativité lorsqu'il s'agit de défendre "ses" tomates ou "ses" pommes de terre...
Une autre façon de s'y préparer est de faire appel à la génétique : pourquoi de pas choisir des variétés résistantes?
Le hic, est que la résistance a un coût pour la plante : elle y utilise son énergie au détriment du calibre, du goût, ou... de la résistance au puceron.
Et si l'année prochaine s'avérait sans mildiou, mais avec pucerons, tous nos efforts seraient ruinés.

Le principal intérêt de la génétique est justement dans la diversité. Une seule tomate ne pourra jamais stocker toutes les connaissances génétiques accumulées pendant des millions d'années dans l'ensemble des populations de tomates. Il nous faudra donc choisir : le même livre copié à l'infini, ou la bibliothèque?
Mais pourquoi y a t-il des champignons dans les feuilles? A-ton réfléchi à leurs rôles, à leurs fonctions?
Aujourd'hui, nous découvrons que ces champignons, les terribles oomycètes en particulier, constituent 30% de la biomasse d'une feuille saine. La plante et le champignon vivent ensemble, toute leur vie. Commensalisme? Parasitisme de temps en temps? et pourquoi pas symbiose en d'autres moments?
Je n'y comprends rien.
Mais ce que je sais , c'est que :
La Vie est étrange
La Vie est surprenante
La Vie est belle

6

2
2014-08-31 10:35:01 +0200

Très juste ! Bravo Hervé pour ce commentaire...

2

0
2014-08-31 21:31:28 +0200

<< M.Hervé COVES, comme une pierre qu'on jette dans l'eau calme, éveille en moi des ondes >> !... il n’oublie pas l’impulsion et l’incidence voulue dans les solutions. Tant pis, pour les quelques défaites et abandons : << Avoir tous les atouts dans le jeu et abandonner la partie >>... aimons à la vie . Merci... j'aime ses conférences.

0

4
2014-08-31 21:47:00 +0200

Je cultive un potager, pas seulement pour faire joli... Je n'utilise en général ni traitement ni engrais. Pour les tomates, j'ai mélangé plusieurs variétés afin que toutes ne soient pas touchées mais aussi pour le mélange de saveurs. En général, elle finissent l'été avec un mildiou à dose tolérables pour elles. J'avoue, bien que cela m'arrive environ une fois tous les vingt ans, avoir traité une fois cette année à la bouille bordelaise après avoir débarrassé chaque plant des feuilles, fruits et segments atteints. Une seule pulvérisation a suffi. Pour l'an prochain, j'éloignerai mes pieds les uns des autres intercalant entre eux des plantes faisant barrage. Enfin, je ne pense pas que des décoctions de prêles ou autres plantes soient trop agressives. Parfois, je pense qu'il faut savoir un peu composer. Par contre il est vrai que si j'avais dû recommencer à traiter, j'aurai arraché les plants.

4

3
2014-08-31 21:50:34 +0200

Juste ajouter que beaucoup de plantes potagères sont atteintes par l'oïdium mais, par exemple pour les feuilles de courges, cela permet d'éliminer les feuilles trop importantes et du coup aux courges de grossir au soleil.

3

2
2014-09-01 09:37:08 +0200

Merci pour vos commentaires.

Comment régler les dégâts de la nature "naturelle"?
Je vis dans un lieu dans lequel les aliments issus des potagers sont indispensables. Mes amis dépendent en partie de leur culture. Chaque maladie des plantes est une catastrophe pour eux.
Il faut donc trouver des réponses concrètes à des situations de vie.

Je ne plaide pas pour l’agriculture chimique, mais pour de la raison...

JP

2

3
2014-09-01 10:37:19 +0200

Si l'on résume: sélectionner plusieurs variétés de tomates et ne pas n'en choisir qu'une seule; espacer les plants… peut-être les entourer de plantes "protectrices" s'il en est ?

3

2
2014-09-01 12:14:09 +0200

Une année qui ne restera pas dans les annales. Les tomates ont besoin de soleil. Au 14 juillet, chez nous, tout est joué !... (c'est alors qu'elles sont fameuses). - cette année, un temps pourri - froid et canicule - ensuite les tomates sont restées sur la plante mais comestibles jusqu'en août. (en temps normal elles marquent le pas). Les feuilles font l'arc-en-ciel !... en serre la plante pousserait jusqu'à la Noël - il est tout à fait normal que quelques feuilles s'étiolent. C'est la vie.

2

2
2014-09-01 15:41:18 +0200

La tomate n'aime pas l'humidité et cet été nous avons tous été plus ou moins gâtés. Ici nous passons régulièrement de 17 à 34° en température. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'ai traité en bouille bordelaise cette année.
Pour le raisin par contre, nous avons opté pour la vieille solution paysanne ( ôter un à un les grains abîmés). Résultat: les grappes sont superbes.
Sur le fond: loin de moi de moquer les potagers d'agrément mais il y a de plus en plus de personnes pour qui le potager est vital.
Cet été les haricots - alors que j'en ai fait des conserves, congelé et bien entendu donné - se vendaient aux alentours de 6 euros le kilos ! ( pesticides compris).
Un potager, un verger vont devenir, pour de plus en plus de familles, un moyen de vivre… alors créons des oasis partagées!
Certaines villes des USA, en faillite avec la crise, voient fleurir ces potagers-survie.
Dans mon Oasis, j'ai sciemment choisi de mettre en place une autonomie vivrière - tout en préservant la nature - que j'espère partager avec d'autres d'ici peu dans le village et l'agglomération.
Pour en revenir aux tomates: l'attaque mildiou a surpris tout le monde ( y compris ceux qui traitent à outrance et qui ont vu leurs tomates mourir). Je peux dire que cette année nous avons une récolte Corne d'abondance" malgré l'attaque stoppée: outre en manger, en donner, en faire des plats et des conserves pour l'hiver, nous pourrons de nouveau, fin novembre, faire des confitures de tomates vertes.
Une leçon: moins on traite, plus le peu de traitement est efficace!

2

0
2014-09-01 17:20:12 +0200

Tout le monde se plaint de la pluie... nous, nous aurions bien aimé qu'il pleuve cet été ! (Olonzac)Vous pouvez vérifier - cette année il n'est pas tombé plus de 250 mm. je l'écris sur mon Blog: http://vttolonzac.blogspot....
C'est désolant et ça ne fait rien au mildiou.

0

3
2014-09-02 13:24:28 +0200

2 traitements légers à la bouillie bordelaise et surtout une surveillance journalière pour enlever les débuts d'attaque sur qq tiges...Je récolte plutôt avant maturation complète ( excepté tomates cerise) et installe mes tomates sur l'appui de fenêtre côté soleil - quand i ly en a ! - et obtiens ainsi de bons résultats.
Les tomates cerise résistent bien ainsi que les coeurs de boeuf.
Moins bons résultats avec les Montfavet.
Vous pouvez trouver des tests de résistance au mildiou auprès de Terre Vivante qui publie son excellente revue "Les 4 saisons du jardin bio" -www.terrevivante.org
La saison prochaine je disperserai mes tomates tout en étant toujours attentif à faire cohabiter les " plantes amies"

3

1
2014-09-02 22:48:26 +0200

On peut espérer que l'année 2014 restera une exception... Humidité permanente, un cocktail parfait pour le mildiou et l'oidium dans mon Oasis également !
Mais c'est aussi un peu la faute au jardinier : des pieds trop serrés, des espèces trop proches plantées les unes à côté des autres : comme nous, nos plantes ont besoin d'air !
N'oublions pas d'espacer, de mêler, de surveiller et écarter immédiatement les feuillages atteints, et de pratiquer la rotation des cultures !

1

À propos de l'auteur

ex-directeur de Laboratoire INRA, économiste, ex président de l'institut de recherche économique et sociale, ex membre du bureau du CNIS, négociateurs des Grenelles de l'environnement et de la mer, membre du CEDD et de la CNDP. Vice-président d’Humanité et Biodiversité.

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 225685
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 174074
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 62667
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 16966
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 9391
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 204933

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy