08-11-2013

L'Arbre et le Monde

- 6 +
Wp_000732

En parlant du monde végétal, nous entrons dans un univers dynamique animé par l'esprit des plantes et des arbres. Leur culte appartient à la mémoire universelle et est la représentation rituelle d'une dimension immatérielle qui nous invite à aller plus loin dans nos questionnements. Nous ne devons toutefois pas nous arrêter à ce simple aspect cultuel, car le regard que l'homme a porté sur l'arbre, et porte encore la plupart du temps, est une représentation personnelle : on "se" figure l'arbre, on l'imagine en nous, dans nos poèmes et nos songes. Je pense qu'il y a autant de figuration imagée sur l'arbre qu'il y a d'êtres ici bas. Nous avons tous en nous une vision de l'arbre, de notre arbre.

Entre ciel et terre, l'arbre se dresse

 De lui, nous ne voyons que ce qui est à notre portée, ce qui est justement entre ciel et terre. Et pourtant, l'arbre continue de s'épanouir plus profondément sous terre, ses racines s'enfonçant dans les cavités du sol et le monde souterrain. L'arbre est l'intercesseur entre l'homme et les autres mondes : celui du ciel, celui des entrailles de la terre, de la forêt, des morts. Il est le chemin des esprits, notre conscience individuelle.

L'arbre pleure, gémit, vibre, console, protège. Il est le soutien d'un peuple, et par extension de la terre. Arbre cosmique, arbre du monde, il réunit en lui tous les éléments fondamentaux de la nature, unissant le masculin et le féminin, l’ombre et la lumière.

L'arbre fait partie intégrante de notre vie ainsi que de notre langage.

 

 

Le franc parler des dictons populaires a pris l'arbre comme modèle de conduite :

- Couper l'arbre pour avoir le fruit : sacrifier l'avenir à un petit avantage passager.

- L'arbre ne tombe pas du premier coup : il faut du temps pour réussir.

- Entre l'arbre et l'écorce, il ne faut pas mettre le doigt : ne pas s'immiscer entre parents et amis.

- Faire flèche de tout bois : mettre tout en œuvre pour parvenir à ses fins.

- Ne plus savoir de quel bois faire flèche : ne plus savoir à quel moyen recourir.

- Touchons du bois : histoire de se porter chance et de vaincre nos craintes.

- Etre en bois, ne pas être de bois … : être insensible, être sensible.

 

L’arbre est infiniment précieux. Ses richesses infinies doivent être sauvegardées car sans sa présence, je ne suis pas certaine que nous serions toujours ici, aptes à respirer et à exister. 

 

Sylvie Verbois

 

 

 

 

Commentaires

Rejoignez la communauté ou connectez vous pour pouvoir commenter