POPULARITÉ
172

Ours abattu en Ariège : 20 associations déposent plainte et exigent son remplacement immédiat

Éditer
Ours_(2)_-_light

Le 9 juin 2020, un ours a été retrouvé tué par balles. Il s'agit de la destruction illégale d'une espèce protégée, acte passible de 3 ans de prison et 150 000€ d’amende. En cas de destruction « en bande organisée »(*), la sanction peut aller jusqu’à 7 ans d’emprisonnement et 750 000 € d’amende.

Vingt associations de protection de la nature, dont Humanité et Biodiversité, se sont regroupées pour déposer une plainte contre X, du chef de destruction d’une espèce protégée et de tout autre chef que l'enquête diligentée permettra d'identifier.
Nos associations feront en sorte que cette affaire ne rejoigne pas la longue liste des exactions restées sans suite en Ariège.

L’abattage de l’ours retrouvé mort par balle suffit à caractériser le délit de destruction d’une espèce protégée. Pour nos associations, l'enquête devra déterminer si l’infraction a été commise par un individu isolé ou en bande organisée.

En effet, l’article 121-6 du code pénal prévoit que :
« Sera puni comme auteur le complice de l'infraction, au sens de l'article 121-7 ».

Aux termes de l’article 121-7 précité :
« Est complice d'un crime ou d'un délit la personne qui sciemment, par aide ou assistance, en a facilité la préparation ou la consommation.
Est également complice la personne qui par don, promesse, menace, ordre, abus d'autorité ou de pouvoir aura provoqué à une infraction ou donné des instructions pour la commettre. »

Enfin, selon l’article 23 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse :
« Seront punis comme complices d'une action qualifiée crime ou délit ceux qui, soit par des discours, cris ou _menaces proférés dans des lieux ou réunions publics, soit par des écrits, imprimés, dessins, gravures, peintures, emblèmes, images ou tout autre support de l'écrit, de la parole ou de l'image vendus ou distribués, mis en vente ou exposés dans des lieux ou réunions publics, soit par des placards ou des affiches exposés au regard du public, soit par tout moyen de communication au public par voie électronique, auront directement provoqué l'auteur ou les auteurs à commettre ladite action, si la provocation a été suivie d'effet. (…). »

Compte tenu des annonces publiques réitérées par certains individus, ou groupes d’individus, soutenus par quelques élus locaux, qui depuis plusieurs années annoncent publiquement l’abattage d’un ou plusieurs ours sur le massif pyrénéen, l’enquête devra déterminer si le chef de complicité pourra être
retenu contre les auteurs de ces déclarations.

Au-delà de cette plainte, nous demandons à tous ceux qui exercent des responsabilités, du local au national, aux niveaux politique, syndical, médiatique, de s'exprimer contre toutes les formes d'intolérance vis-à-vis des autres espèces. L'ours, comme d'autres espèces (isard, bouquetin, desman ...) fait partie intégrante du patrimoine des Pyrénées.
Le temps est venu de modifier notre rapport à la nature et au vivant, de comprendre que protéger les écosystèmes et les espèces c'est aussi protéger notre propre avenir.

Télécharger le communiqué de presse

Les 20 associations déposant plainte : Altaïr Nature, Animal Cross, ASPAS, Association Charles Flahault, Comité Ecologie Ariégeois (CEA), FERUS (Groupe Loup France/ARTUS), FIEP Groupe Ours Pyrénées, France Nature Environnement (FNE), France Nature Environnement Hautes Pyrénées (FNE 65), France Nature Environnement Midi- Pyrénées (FNE Midi-Pyrénées), Humanité et Biodiversité, Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), Mountain Wilderness, Nature En Occitanie, Pays de l'Ours - Adet(Association pour le Développement Durable des Pyrénées), Société d’Etude de Protection et d’Aménagement de la Nature dans le Sud Ouest – Pyrénées-Atlantiques (SEPANSO 64), Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères (SFEPM), Société Herpétologique de France, Société nationale de protection de la Nature (SNPN), WWF France.


(*) Constitue une bande organisée au sens de la loi « tout groupement formé ou toute entente établie en vue de la préparation, caractérisée par un ou plusieurs faits matériels, d’une ou de plusieurs infractions. » (art. 132-71 du code pénal)

Commentaires

0
2020-06-26 18:50:15 +0200

La violence est contraire à la LIBERTE, l'Homme même lorsque son intérêt pécuniaire est en jeu doit RESPECTER LA VIE, LA PERENNITE DE LA VIE SUR TERRE DÉPEND DE LA SANTE DE NOTRE ENVIRONNEMENT ET DE SON EQUILIBRE qui doit être maintenu naturellement. Le drame serait que les chasseurs ou les éleveurs se considèrent comme des prédateurs indispensables. Leur organisation doit s'adapter aux règles de protection de notre environnement qui s'imposent au monde aujourd'hui. Notre rapport avec la nature doit être un échange constructif dans les deux sens. Nous vivons grâce à cette NATURE, en échange respectons la...

0

1
2020-06-28 23:01:26 +0200

Il faut demander aux chasseurs de déposer les armes, nous sommes dans une situation de détresse pour l'être humain et sa survie dépend, entre autre, du maintien de la biodiversité. A présent, la chasse est devenue une activité en totale contradiction avec la protection de la biodiversité, il faut que cette activité cesse.

1

0
2020-06-30 14:56:05 +0200

Autrefois certains chasseurs nourrissaient leurs familles souvent nombreuse avec le produit de leur chasse, ce n'est plus le cas. Aujourd'hui aucune nécessité ne les obligent à tuer le gibier pour manger et quand on sait qu'il devient de plus en plus rare !!!...
Il faut:
-Interdire le droit de tuer par plaisir.
Le fusil est l'arme des lâche et de la faiblesse.
Les éleveurs doivent s'organiser pour s'adapter aux règles de protection de la faune sauvage et non agir avec violence .
Comment peut-on tuer de sang froid en le regardant droit dans les yeux un être vivant comme cet ours....quelle conscience a cet homme en agissant ainsi ?...Ces exactions doivent être évitées.

0

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. . Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. . Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’éro...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 783621
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 365931
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 143000
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 220010
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 41519
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 291450

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy