POPULARITÉ
1895

8 milliards de litres d’eaux usées...

Éditer
Publié dans
le 10.10.15
Xvmdf7e7c34-6cd9-11e5-ab90-5a3db875bd23

Le temps de procéder à d'indispensables travaux, la Ville de Montréal veut déverser 8 milliards de litres d’eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent.

On en parle jusqu'en France!

Ainsi sur lefigaro.fr
Extraits
À cause d'importants travaux, la municipalité estime n'avoir pas d'autre choix que de jeter dans le fleuve ses eaux sales pendant une semaine. Le projet suscite de vives oppositions et ravive la querelle entre les autorités québécoises et fédérales.

La mairie, qui avait un temps suspendu ce projet, affirme désormais que c'est la seule solution envisageable pour mener à bien ces travaux. L'autre option aurait été de faire intervenir 1500 camions de vidange, «ce qui n'est pas réaliste de façon technique», a affirmé le maire de la ville, Denis Coderre. Mais qu'importe puisque, selon la municipalité, il n'y aura aucun impact sur l'eau potable des villes riveraines du fleuve en aval de Montréal. La période de fraie des poissons étant terminée et la basse température de l'eau limitant le développement des bactéries, les effets sur l'environnement seront minimes, assure l'élu. Et pour plus de précautions, les activités nautiques interdites sur le fleuve pendant la période où les eaux usées seront déversées.

Tollé au Québec

Le projet, révélé la semaine dernière au grand public, a fait un tollé au Québec. Le Saint-Laurent traverse la Belle province et 45% des huit millions de Québécois boivent une eau issue du fleuve.
Les édiles disent chercher un «plan B» pour alimenter les bêtes et les hommes, mais préviennent que certaines zones naturelles pâtiront nécessairement de cette décision. Près de 64 espèces d'animaux terrestres, 19 espèces marines, dont des baleines et l'unique colonie de bélougas hors de l'Arctique, 80 sortes de poissons et 399 types d'oiseaux vivent dans ce fleuve majestueux de plus de 1000 kilomètres, ou son environnement immédiat.
Des raisons qui poussent le gouvernement fédéral à s'immiscer dans un projet qu'il juge «profondément préoccupant». En vertu d'une loi qui «stipule qu'il est interdit d'immerger ou de rejeter une substance nocive dans des eaux où vivent des poissons», il a demandé à la mairie de Montréal de suspendre ses travaux, le temps de mener une étude complémentaire.

Face à cette intrusion du gouvernement dans la politique locale, les autorités provinciales dénoncent une manœuvre politique,…


Réactions de scientifiques lues dans la presse québécoise:

  • Là: http://ici.radio-canada.ca/regions/mauricie/2015/10/08/002-deversement-eaux-usees-chercheur-uqtr-fleuve-saint-laurent.shtml
    L'annonce du déversement de 8 milliards de litres d'eaux usées dans le fleuve ne surprend ni ne choque vraiment Gilbert Cabana. Selon lui, il y a consensus chez les chercheurs au Québec. (Gilbert Cabana, professeur au Dép. des Sciences de l'environnement, UQTR)
    Le dossier du déversement des eaux usées a pris des proportions nationales depuis qu'il a fait irruption dans la campagne électorale fédérale. Les trois principales formations politiques ont pris position dans le dossier.
    « Je suis biologiste, pas commentateur politique. (...) Le problème, c'est que l'information va très, très vite, mais on ne met pas en perspective ce que l'on va faire », estime Gilbert Cabana.

  • Là: http://ici.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2015/10/06/002-eaux-usees-huit-milliards-impact-attenue-eaux-salees.shtml
    Le déversement éventuel de 8 milliards de litres d'eaux usées dans le fleuve n'est pas inquiétant pour l'environnement du golfe du St-Laurent, selon Émilien Pelletier, professeur émérite en océanographie chimique à l'Institut des sciences de la mer de Rimouski. L'expert croit que les bactéries de type coliformes ne survivraient pas dans l'eau salée.

  • Et là: http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/environnement/201510/06/01-4907360-un-professeur-en-oceanographie-chimique-fache-contre-montreal.php
    M. Pelletier reconnaît que le volume que Montréal prévoit déverser dans le fleuve ne représente pas de danger pour la qualité de l'eau des villes riveraines. Son indignation, elle vient plutôt du symbole. De cette impression qu'on peut encore en 2015 utiliser le fleuve comme poubelle.

  • Ici: http://www.lapresse.ca/le-quotidien/actualites/201510/08/01-4908122-eaux-usees-pas-de-quoi-se-scandaliser.php
    Le directeur de la Chaire en éco-conseil de l'Université du Québec à Chicoutimi, Claude Villeneuve, estime qu'environnementalement parlant, il y a des choses beaucoup plus dramatiques que le déversement des eaux usées, qui soulève actuellement la controverse à Montréal.
    « Évidemment, je n'encourage personne à déverser des eaux usées dans les cours d'eau. Mais, rationnellement, ce qui se passera à Montréal n'aura pas d'impacts irrémédiables sur la santé ni sur la faune. Il ne faut pas s'en scandaliser », a affirmé Claude Villeneuve.
    Selon lui, le déversement se produira produit dans un temps de l'année où les conséquences ne sont pas dramatiques. « Il n'y a actuellement pas d'activités nautiques ni de baignade. Il n'y a pas non plus de frayère. Je comprends qu'il y ait une indignation citoyenne, c'est souvent comme ça pour ce genre de situation, mais, malheureusement, les gens qui s'indignent présentement ne sont pas des scientifiques ou des experts en environnement. On devrait plus se préoccuper des changements climatiques que de ce déversement », a affirmé Claude Villeneuve.

Commentaires

3
2015-10-10 10:31:27 +0200

L'association NATURE QUÉBEC nous annonce ce 10 octobre 2015 qu'elle vient d'obtenir que l’entrepreneur travaille 24h sur 24h. Cela réduira d’un milliard de litres le volume de déversement d’eaux usées!
Son "objectif est de minimiser les énormes volumes d’eaux usées déversés dans le Saint-Laurent tout en réalisant des travaux plus rapidement, plus efficacement et de façon sécuritaire."

3

0
2015-10-10 12:07:43 +0200

Le monde devient fou: comment peut-on trouver ça normal avec toutes les connaissances sur les produits et la nature de nos jours ?

0

1
2015-10-10 16:55:02 +0200

Quand même une remarque rassurante :
> M. Pelletier (...) Son indignation, elle vient plutôt du symbole. De cette impression qu'on peut encore en 2015 utiliser le fleuve comme poubelle.

Scientifiquement je ne sais rien, mais pour ce dernier commentaire je suis tout à fait d'accord. Ensuite c'est aussi le résultat d'une façon de faire, d'avoir fait, et à moins de trouver 1500 camions de vidange, avec la pollution issue de ces camions, il semble qu'il n'y ait pas d'autre solution ?

1

2
2015-10-10 17:16:56 +0200

La Station d’épuration Jean-R. Marcotte de Montréal
Elle traite 2,5 millions de m3 d’eau par jour et jusqu’à 7,6 millions de m3 en temps de pluie.
http://ville.montreal.qc.ca...

Cette prise de position de Sébastien Sauvé
professeur en chimie environnementale à l’Université de Montréal, publiée est de grand intérêt
:

" Je suis étonné de l’ampleur de la réaction publique et politique à l’annonce que, pendant certains travaux de réfection à un collecteur, une portion des égouts de Montréal sera déversée directement dans le fleuve.
...
La station d’épuration des eaux usées de Montréal a été conçue et fonctionne bien pour réduire les charges en matières organiques et en phosphore rejetées dans le fleuve – le procédé utilisé enlèvera aussi une portion plus ou moins modeste de certains autres contaminants. Mais le traitement n’inclut aucune désinfection des pathogènes et a un impact négligeable sur la majorité des contaminants émergents comme des détergents ou des médicaments qui sont donc rejetés directement dans le fleuve.

De mon point de vue, la totalité des eaux d’égouts de Montréal sont rejetés dans le fleuve sans désinfection pour diminuer la charge en pathogènes et sans traitement pour enlever les contaminants qui contribuent à la perturbation endocrinienne, à la résistance aux antibiotiques ainsi qu’une multitude d’effets toxiques plus ou moins bien répertoriés. Donc, que pendant quelques jours, une portion des égouts de Montréal soit rejetée directement dans le fleuve ne me semble que marginalement pire à la situation qui prévaut pour la totalité des eaux des égouts, 100% du temps.

Le scandale est justement le peu d’efficacité du traitement actuel. Il est urgent de mettre en place un système de désinfection et de traitement des contaminants. Le plan d’installer un traitement à base d’ozone est une option technologiquement lourde, énergivore et coûteuse, mais serait une grande amélioration à la situation actuelle. Il faudra aussi s’assurer que le procédé soit bien optimisé pour ne pas générer de sous-produits et augmenter la toxicité des effluents et qu’il soit en fonction 365 jours par an.

2

1
2015-10-10 17:26:05 +0200

Sur le site de l'Université McGill
Page dédiée au traitement des eaux usées à Montréal.
" En 2008, la ville annonçait son intention d’équiper l’usine Jean-R.-Marcotte d’un système de désinfection à l’ozonation, ce qui permettrait le traitement tertiaire des eaux usées avant leur rejet dans le fleuve Saint-Laurent. Comme son nom l’indique, l’ozonation consiste à ajouter à l’eau de l’ozone — un puissant oxydant — pour en assurer la désinfection. Pour désinfecter l’eau potable dans certaines de ses usines de traitement, la ville a recours à ce procédé, lequel entraîne la dégradation et la décomposition des contaminants. L’ozonation détruit efficacement les bactéries et les virus dans les eaux usées et pourrait réduire les résidus de produits pharmaceutiques, de produits chimiques industriels et de produits d’hygiène personnelle dans l’eau."

1

À propos de l'auteur

La nature ... plus d'un demi-siècle que je prends une part active à sa défense. … Et depuis 1976, j'accompagne l'action de l'association devenue "Humanité et Biodiversité". J'en fus administratrice jusqu'à l'AG de 2020: Nelly Boutinot

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 740174
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 329872
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 131038
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 53825
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 32532
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 344564

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy