POPULARITÉ
568

Adaptation de la ville au changement climatique

Éditer
Publié dans
le 20.07.16
Capture-d_c3a9cran-2014-10-06-c3a0-23-58-12

La ville est un système complexe particulièrement concerné par le changement climatique: ses bâtiments consomment de l’énergie et rejettent des gaz à effet de serre ; son climat local est accentué par la formation d’îlots de chaleur urbains ; les usages de climatisation ou chauffage de ses habitants sont variés ; ses modifications structurelles sont soumises à une forte inertie qui oblige à raisonner, tout comme pour le changement climatique, à l'échelle du siècle.

Dans ce contexte, quelles mesures auront un effet significatif sur le climat urbain et la consommation d’énergie des bâtiments d’une ville?:
l’application du Grenelle de l’environnement concernant les bâtiments et l’énergie ? La production d’énergie locale ? Les usages énergétiques des bâtiments ? La végétalisation des toits ? La forme urbaine ? La végétalisation de la ville ? Les avancées technologiques ?

Voici les conclusions du rapport de recherche MUSCADE, coordonné par le Centre national de recherches météorologiques (Météo-France/CNRS):

- Ville étendue ou ville compacte ?

  • L’îlot de chaleur urbain est peu influencé par les stratégies d’expansion urbaine. Toutefois, le confort thermique des habitants est dégradé en ville compacte, du fait de la concentration de population dans le centre de l’agglomération.
  •  Dans un contexte de réchauffement climatique, les consommations d’énergie du bâti restent similaires pour les villes étendues et compactes.
  •  L’impact d’une politique de contrôle de l’étalement urbain a peu d’influence sur les émissions de gaz à effet de serre résultant des consommations d’énergie des bâtiments. Ces émissions sont essentiellement conditionnées par les choix des technologies pour les moyens de transport.

- Une ville plus verte ?

  •  La végétalisation de pleine terre est plus efficace que celle des toits pour rafraîchir l’air de la ville. Les toits végétalisés ont une influence limitée sur le confort extérieur mais peuvent améliorer l'isolation du bâti.
  •  Dans tous les cas, la végétation doit être suffisamment arrosée pour avoir un effet rafraîchissant en été, ce qui implique de développer des systèmes de gestion de l’eau à l’échelle locale (récupération d’eau à l’échelle du quartier ou du bâtiment). Par ailleurs, les stratégies de végétalisation de la ville sont indissociables des choix de formes architecturales, qui contraignent la surface au sol disponible.

- L’énergie solaire, une énergie d’avenir ?

  •  L’utilisation de panneaux solaires permet de diminuer très légèrement l’îlot de chaleur urbain.
  •  En climat futur, la production d’énergie solaire résultant de l’implantation massive de panneaux photovoltaïques sur les toits pourrait compenser à l’échelle annuelle la consommation d’énergie des bâtiments pour le chauffage et la climatisation.

- Le rôle des usagers

Les comportements des habitants (usage raisonné/intensif de la climatisation, usage ou non de protections solaires…) jouent un rôle considérable dans la consommation d’énergie globale de la ville : leur impact est comparable aux effets de solutions techniques telles que l’isolation des bâtiments ou la végétalisation.

VOIR LE RAPPORT CI-DESSOUS

Commentaires

2
2016-07-20 11:01:11 +0200

(Re)lire http://www.humanite-biodive...

2

1
2016-07-20 12:08:56 +0200

Ce résumé du CNRS ne mentionne que les panneaux photovoltaïques, et non les capteurs solaires thermiques, qui certes nécessitent un stockage volumineux, mais limitent l'utilisation de combustibles, qu'ils soient fossiles ou renouvelables. Il existe d'ailleurs maintenant des panneaux hybrides, qui fournissent à la fois de l'eau chaude et de l'électricité.
La végétalisation des façades avec des plantes grimpantes, disposées soit sur les façades soit sur des pergolas, fournit un abri par rapport à l'ensoleillement estival, puis , l'automne venu, les feuilles tombent et les branches laissent passer les rayons solaires tout l'hiver. C'est une solution que j'aime, et qui permet beaucoup d'économies de climatisation, car l'ombre évite le réchauffement excessif des façades. Bien sûr, en ville, il faut ramasser les feuilles, l'automne venu ! elles sont compostables...

N'oublions jamais qu'en matière d'énergie il n'est pas de petites économies, ni que la sobriété est le premier des moyens pour limiter le réchauffement global.

1

1
2016-07-20 13:18:00 +0200

J'aime bien l'idée des plantes grimpantes. Les feuilles sont compostables.
Pour les panneaux photovoltaïques, quid du recyclage ou des déchets de ces panneaux en fin de vie?

1

3
2016-07-20 13:52:15 +0200

De record en record
Chacun des six premiers mois de 2016 a établi un record de température depuis 1880, selon les scientifiques de l'Institut Goddard de la NASA pour les études spatiales (GISS) à New York.
https://www.nasa.gov/featur...

3

1
2016-07-20 16:50:49 +0200

Les panneaux photovoltaïques sont très difficilement recyclables, car cela demanderait beaucoup d'énergie pour purifier les matériaux.
A mon sens, ils constituent effectivement une solution très discutable, car les panneaux actuels en silicium ont un rendement faible, et d'ici qu'ils soient tous en fin de vie, d'autres solutions plus performantes auront été trouvées : je pense aux semi-conducteurs à large bande interdite, transparents, à l'étude ou en voie de commercialisation et qui pourront être intégrés aux doubles vitrages des fenêtres, et aux semi-conducteurs organiques eux aussi à l'étude. Ces technologies ne me semblent intéressantes que dans le cadre d'une utilisation directe de l'énergie fournie, ou de réseaux de proximité. L'aspect financier des panneaux en silicium est de moins en moins attractif.
Les panneaux photovoltaïques chauffent au soleil, et leur rendement électrique baisse d'autant plus que la température s'élève. D'où la conception de capteurs hybrides photovoltaïque/thermique, pour refroidir les panneaux semi-conducteurs.
Des solutions de stockage de l'énergie sont en cours de recherche.

1

0
2016-07-20 17:09:54 +0200

c'est bien ce que j'avais lu dans un article de science et avenir. Il sera très difficile de recycler les panneaux photovoltaïques. Que va t'on en faire lorsque tous ceux qui ont été installés arriveront en fin de vie??? J'avais lu qu'une bonne partie de leurs composants étaient dangereux pour l'environnement???
Je crois, en effet qu'il y a un grand chemin à faire pour avoir une énergie vraiment propre et je me demande pourquoi les pouvoirs publiques ne mettent pas plus l'accent sur cette recherche.

0

0
2016-07-21 11:21:21 +0200

Pour fournir à vos élus:
Arbres en milieu urbain : Guide de mise en oeuvre)

http://www.tdag.org.uk/uplo...

0

À propos de l'auteur

La nature ... plus d'un demi-siècle que je prends une part active à sa défense. … Et depuis 1976, j'accompagne l'action de l'association devenue "Humanité et Biodiversité". J'en fus administratrice jusqu'à l'AG de 2020: Nelly Boutinot

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 745229
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 329845
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 131012
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 53799
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 32506
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 344538

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy