POPULARITÉ
96

Au Sénégal, on peut dire aussi non aux ONG

Éditer
Publié dans
le 04.09.12
024082012163336000000managakoloki

Dans une Afrique où l'argent des ONG joue un rôle controversé, l'association Kawawana fait figure d'exception. Regroupant des centaines de pêcheurs, elle met un point d'honneur à ne pas dépendre des aides extérieures. Pour mieux préserver les ressources naturelles et la biodiversité de ses mangroves, source de pêche. Reportage.


« Kawawana » : « préserver notre patrimoine ancestral », en langue diola. L’association qui porte ce nom a été créée à l'été 2010 par les habitants de la communauté de Mangagoulak, en Casamance (Sud du Sénégal). Son objectif est aussi simple qu’ambitieux : protéger les ressources en poissons de cette commune rurale pour assurer la sécurité alimentaire de la population. Et ça marche.


Interdiction formelle de pêcher dans certains bolongs (bras de fleuve, entourés de mangroves), limitation dans d’autres : soit à la simple pêche de subsistance, le surplus devant être vendu au village à un prix modéré, soit à la pêche commerciale mais sans utilisation de pirogues à moteur, ni de filets en nylon ou encerclants…


Bref, tout est fait pour éviter la surpêche et veiller au repos biologique de la ressource. Mais quand un modèle de développement durable fonctionne, cela ne veut pas dire pour autant qu’il est pérenne… C’est d’ailleurs l’une des principales craintes de Salatou Sambou, le président de Kawawana. Que l'expérience communautaire soit « récupérée » par des tiers aux intérêts divergents.



Pirogue sans moteur, filets en coton... les pêcheurs appliquent les réglementations de l'association Kawawana.


© Maxime Le Hégarat pour J.A.


Appui ponctuel


C’est pourquoi l'association a dit oui à la Fondation internationale du Banc d'Arguin (Fiba) et au Center for sustainable development (Cenesta), mais uniquement pour de légers appuis ponctuels comme l’expertise ou l’aide financière.


La Fiba a par exemple financée deux pirogues motorisées. L'essence, les pêcheurs l'achètent avec l'argent de la vente de leur pêche. « Souvent la population initie un projet puis une ONG va prendre le relai. Là nous ne sommes intervenus qu'à la fin du processus porté par les habitants », explique Simon Mériaux, un des coordonnateurs de l’ONG, à Dakar.



Nous avons travaillé longtemps sans les ONG et nous n'acceptons pas les organisations qui viennent uniquement pour s'approprier notre expérience communautaire.


Salatou Sambou, président de l'association des pêcheurs de Kawawana



Trois autres organismes ont d’ailleurs frappé à la porte de l'association, qui décliné leur soutien. Et lorsqu'une autre structure, dakaroise, a proposé moto, téléphone, crédit téléphonique et salaire à Salatou Sambou, le président de l'association des pêcheurs, il a refusé tout net. « Nous avons travaillé longtemps sans les ONG et nous n'acceptons pas les organisations qui viennent uniquement pour s'approprier notre expérience communautaire, se faire des millions d'euros via les bailleurs de fonds et qu'au final, il n'y ait pas de retombées pour les populations », explique-t-il.


Côté Fiba, on est plutôt d'accord avec cette analyse. « Quand trop d'argent est apporté par rapport aux besoins réels, cela pervertit les rapports entre populations et ONG. Parmi ces dernières, certaines peuvent vouloir récupérer un projet pour montrer un bel exemple de réussite mais les populations veillent à ce qu'il n'y ait pas trop de dérives », explique Simon Mériaux.


Scepticisme


Aujourd'hui, l’expérience communautaire a porté ses premiers fruits. Selon l'association, sur quinze espèces qui avaient disparu (barracuda, capitaine, carpe noire…), cinq ont déjà réapparu. Et - aspect non négligeable - le revenu des villageois c'est aussi amélioré. « Les pêcheurs vendent plus car la ressource se régénère. Ils ont donc plus de moyens pour prendre en charge leur famille et mettre les enfants à l'école », souligne Maiména Goudiaby, chargé des questions socio-économiques au sein de l'association.


Mais tout n’est pas allé de soi. Il a fallu notamment surmonter le scepticisme des pêcheurs. « J'utilisais des filets en nylon. Je savais qu'ils détruisaient les fonds marins, mais bon, c'était efficace pour les prises. Petit à petit j'ai compris l'importance de tout ça et j'ai rallié la majorité des pêcheurs », raconte Jean-Marie Diédhiou. Et puis, il faut gérer la fraude. Les pirogues de surveillance sont moins utilisées, faute d'essence. L'association a cependant des relais un peu partout à l'entrée des bolongs. Et en cas d'infraction constatée, on communique par téléphone portable. Ça limite les dépenses._____


Par Aurélie Fontaine, à Ziguinchor


Source : http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120824154812/


Commentaires

2
2012-09-04 11:46:14 +0200

« Kawawana » : « préserver notre patrimoine ancestral » Le nom de l'association est prometteur. Promesse tenue: ce collectif de pêcheurs gère dans le respect de la ressource, en pensant aux enfants de leurs enfants. Projet socio-écologique d'initiative locale exemplaire. Que des milliers d'autres semblables se réalisent!

2

À propos de l'auteur

ex-directeur de Laboratoire INRA, économiste, ex président de l'institut de recherche économique et sociale, ex membre du bureau du CNIS, négociateurs des Grenelles de l'environnement et de la mer, membre du CEDD et de la CNDP. Vice-président d’Humanité et Biodiversité.

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 231375
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 163771
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 61444
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 15924
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 9425
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 196539

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy