POPULARITÉ
55

En Grèce, le fiasco écologique du projet de dérivation du fleuve Achéloos

Éditer
Publié dans
le 05.03.14
14030606_grece_x1p1_ori

Le Conseil d'Etat grec vient d'ordonner l'abandon du projet, destiné à irriguer la culture du coton.

Les défenseurs du fleuve Achéloos bataillaient depuis vingt ans pour sa sauvegarde. Ils viennent d'emporter une victoire qualifiée d'historique : le Conseil d'Etat grec vient de mettre un terme au très controversé projet de dérivation du plus long fleuve du pays. Les juges estiment qu'il viole le principe dedéveloppement durable inscrit dans la Constitution et qu'il doit à ce titre êtreabandonné.

Le fleuve Achéloos, surnommé le " fleuve blanc ", prend sa source dans le massif montagneux du Pinde, au nord-ouest du pays, et s'écoule sur 220 kilomètres jusqu'à la mer Ionienne, dans l'une des régions les plus sauvages de Grèce. L'une des plus préservées aussi, dont plusieurs sites sont classés dans le réseau européen Natura 2000. Le delta de Missolonghi, où le fleuve se jette dans la mer, est l'un des dix sites grecs protégés par la convention de Ramsar sur les zones humide (1971) et abrite des espèces d'oiseaux protégées par une directive européenne.

Plus à l'est, de l'autre coté des monts du Pinde, se situe la plaine de Thessalie. 80 % du coton européen est produit dans ces vastes champs, soit plus de 230 000 tonnes chaque année. Une culture particulièrement gourmande en eau et qui a modifié en profondeur les ressources hydrauliques de la région. " Pendant soixante ans, les agriculteurs ont pompé sans aucune retenue. A grands coups de canons à eau. Les lacs naturels se sont asséchés, les nappes phréatiques se sont salinisées ou sont devenues inexploitables, car contaminées par les pesticides utilisés pour protéger les plants de coton très fragiles ", soutient Théodora Nantsou.

Le président de l'Association grecque du coton, Apostolos Dondas, reconnaît que les pratiques d'irrigation ont longtemps été problématiques, mais affirme " que tout a radicalement changé depuis dix ans. Nous sommes tous passés au goutte-à-goutte et nous nous montrons beaucoup plus respectueux de la ressource, en essayant de limiter l'évaporation liée au soleil, par exemple ".

Face à ces problèmes d'approvisionnement en eau de la Thessalie, les autorités grecques ont, dès le milieu des années 1980, ressorti des cartons le projet de dérivation du fleuve Achéloos, qui remontait aux années 1930. Pas moins de quatre barrages et lacs de retenue en plusieurs points du fleuve, associés à deux tunnels et un canal de dérivation d'environ 18 km, ont ainsi été entrepris dès 1990.

Mais une vaste campagne européenne, lancée en 1992 par des dizaines d'associations de protection de l'environnement, a débouché en 1994 sur le refus de l'Union européenne de financer le projet. S'en est suivie une longue bataille judiciaire. Des dizaines de décisions de justice ont conclu à l'abandon du projet, sans que jamais les travaux soient réellement stoppés par le gouvernement grec.

Un barrage de 135 mètres a ainsi été achevé en 1997 à proximité du village de Mesochora : il attend depuis sa mise en eau. La mobilisation des habitants, qui refusent de quitter leurs maisons, vouées à disparaître sous l'eau, a de fait empêché toute inauguration de l'ouvrage. Ce que le président de l'Association grecque du coton regrette. " La Grèce a déjà dépensé plus de 340 millions d'euros pour ces grands travaux et on ne peut pas les utiliser ? C'est de l'argent jeté par les fenêtres !, s'indigne M. Dondas. Je ne comprends pas la décision du Conseil d'Etat. Nous avons besoin de cette eau pour survivre. Que représentent quelques oiseaux rares et leurs nids face à l'avenir de nos enfants ? Notre pays doit créer de la richesse pour rembourser ses dettes et l'agriculture doit devenir un secteur prioritaire. "

Pour Théodota Nantsou, " les politiques n'ont jamais osé proposer des solutions alternatives à ces agriculteurs, qui sont une clientèle électorale à bichonner, et personne n'ose leur dire que de toute façon le coton grec est fini. Il ne peut pas être compétitif avec le coton turc ou égyptien ! " De fait, depuis l'effondrement de l'industrie textile grecque, le coton de Thessalie est principalement voué à l'exportation dans un marché mondial ultracompétitif, où les prix se sont contractés ces dernières années. " La culture du coton grecque nesurvit depuis des décennies que grâce aux subventions européennes, mais ça change, et je ne vois donc pas pourquoi il faudrait détourner le cours d'un fleuve qui remonte à l'Antiquité pour alimenter une plante vouée à disparaître ", affirme Théodota Nantsou.

En réalité, la Politique agricole commune européenne (PAC) prévoit encore des subventions pour le coton grec pour la période 2014-2020, conformément aux engagements du traité d'adhésion de la Grèce. Mais les producteurs de Thessalie devront désormais chercher ailleurs l'eau dont ils ont besoin. " Nous allons être vigilants dans les prochains mois et vérifier que le nouveau plan de gestion des eaux pour la Thessalie, que doit remettre le ministère de l'environnement, respectera bien la volonté du Conseil d'Etat et n'utilisera pas une astuce juridique pour remettre au programme de manière détournée les travaux sur l'Achéloos ", prévient Théodota Nantsou.

Le porte-parole du ministère de l'environnement, Thodoris Karaoulanis, affirme que les travaux liés à la gestion des ressources en eau en Thessalie seront planifiés en accord avec les études environnementales réalisées. " Nous attendions la décision du Conseil d'Etat pour nous prononcer ", assure-t-il. Les défenseurs du fleuve attendent donc encore la traduction politique de l'injonction juridique d'abandonner ce projet. C'est seulement après qu'ils soulèveront la question de la réhabilitation des sites défigurés par les travaux. Une autre longue bataille en perspective.

Adéa Guillot

http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/03/05/en-grece-le-fiasco-ecologique-du-projet-de-derivation-du-fleuve-acheloos_4377807_3244.html

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr.

Commentaires

2
2014-03-05 16:59:55 +0100

C'est donc un fleuve sauvé?
En tous cas, c'est la fin d'une polémique qui divisait les Grecs.
Il leur reste à rechercher ensemble des moyens de pratiquer l'agriculture avec moins d'eau, et d'orienter le pays vers un développement respectueux de la nature.

2

1
2014-03-06 09:12:28 +0100

L'irrigation des cultures de coton entraîne d'énormes besoins d'eau pouvant assécher toute une région comme ce fut le cas de la mer d'Aral: les deux fleuves qui l'alimentent ont été détournés et des centaines de canaux d'irrigation construits ce qui a privé la mer dont la surface a diminué plus des 3/4 de sa surface ! ! Le Kazakhstan souhaite la restaurer ...

1

1
2014-03-06 16:32:14 +0100

En cherchant des exemples de détournements de fleuves, on peut constater que ce n'est pas nouveau: Un géologue français a mis au jour un tunnel de 177 m de long ouvrage de dérivation d'un fleuve … avant J.-C.
http://www.lefigaro.fr/scie...

1

À propos de l'auteur


Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 9013
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 14038
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 323
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 1765
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 198
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 460

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy