POPULARITÉ
23

Huile de palme et accaparement des terres en Afrique

Éditer
Publié dans
le 02.01.15
Huilepalmeguin%c3%a9e

D'un bout à l'autre du monde, la culture de l'huile de palme connait une expansion rapide. Les nouvelles plantations en monoculture ont pour corollaire la destruction des forêts tropicales, l'exploitation de la main d'œuvre et un accaparement brutal des terres .

Le Samedi 13 décembre 2014,à la salle de conférence d’INADES International sise à Abidjan-Cocody près du CERAP s’est tenue une conférence de presse organisé par l’ONG International GRAIN en association avec la CIBIOV (coalition ivoirienne pour la Biovigilance et la biosécurité) pour le lancement du rapport « Planète Huile de palme: les paysans paient le prix fort pour l’huile de palme bon marché » présenté par Alphonse YOMBOUNO.

Le rapport présenté explique les raisons pour lesquelles les producteurs industriels cherchent les nouvelles terres et étudient le modèle très différent de la production traditionnelle d’huile de palme qui existe en Afrique de l’ouest et en Afrique centrale .

Ce rapport comprend aussi deux tableaux qui fournissent des données sur plus de 60 cas importants d’accaparement des terres par des sociétés étrangères en Afrique pour y établir des plantations de palmier à Huile depuis 2000. Le second couvre les cas d’accaparement des terres similaire dans les provinces de Papouasie, d’Indochine et en Papouasie-Nouvelle-Guinée .

« La nouvelle vague d’accaparement des terres destinées à l’huile de palme dépouille les communautés d’accès à des ressources vitales en terres et en eau », dit Delin Kuyek de Grain, « et elles doivent faire face à tous les impacts résultant de ces vastes plantations en monoculture sur leur territoire : pollution par les pesticides, érosion des sols, déforestation et migration de la main-d’œuvre».

Le modèle de la plantation industrielle, sans cesse à la recherche de nouvelles terres, concentre le pouvoir et les bénéfices entre les mains d’une poignée de multinationales. Le modèle africain, en revanche, assure l’approvisionnement des marchés locaux et repose en grande partie sur le travail des femmes dans les zones rurales ; la production est basée sur des pratiques agro-écologiques et la biodiversité.

Voir l'article complet à partir du lien ci-dessous.

Commentaires

1
2015-01-02 20:56:28 +0100

En octobre 2014, un article mettait aussi en cause les plantations d'hévéa.
http://www.entreprises.oues...

1

0
2016-04-06 22:22:58 +0200

Voir aussi cet article récent: http://www.lemonde.fr/plane...

0

À propos de l'auteur

Bonjour. Né en 1972,à une époque où beaucoup de concepts que l'on croit modernes existaient déjà*,je suis devenu éco-conscient spontanément,peu à peu. Parallèlement à mon métier (médecin généraliste),je pratique la botanique amateur, l'ornithologie et l'entomologie amateur (de loin). Je fais des sorties, assiste à des conférences, et le savoir emmagasiné peu à peu est renforcé par des lectures....

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 50023
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 18792
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 37632
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 1930
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 2659
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 7946

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy