POPULARITÉ
2

Insecticides: un avis piquant de l'EFSA

Éditer
Publié dans
le 27.02.14
Trt

Parme, le mercredi 18 décembre 2013 – Les insecticides de la famille des néonicotinoïdes sont dans l’œil du cyclone depuis de nombreuses années en raison de leur toxicité pour les abeilles. Les interdictions se sont ainsi succédées jusqu’à la décision de suspension pour deux ans de quatre pesticides de cette famille par l’Union européenne au mois d’avril. Syngenta et Bayer souhaitent voir annuler cette mesure par la justice européenne qu’ils ont saisie au printemps. 

Des nouveaux travaux qui laissent peu de doute

La nocivité désormais avérée des néonicotinoïdes sur les abeilles a fait suspecter de longue date une dangerosité comparable pour l’homme. Cependant, les études parfaitement probantes faisaient défaut. Des travaux récents publiés dans Plos ONE par Kimura-Kuroda J. et coll ont permis de compléter les données existantes. C’est en se basant sur ces recherches que les membres de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) considèrent dans un avis rendu public hier que l’acétamipride et l’imidaclopride, deux insecticides de la famille des néonicotinoïdes qu’ils étaient chargés d’étudier, « peuvent avoir une incidence sur le développement du système nerveux humain ». Dès lors, même si l’EFSA admet « que les éléments de preuve disponibles sont limités », elle estime que les inquiétudes exprimées sont légitimes et qu’une réévaluation des seuils acceptables d’exposition est justifiée.

Division par quatre de la dose aiguë de référence admissible pour un des deux produits

L’EFSA préconise donc de modifier plusieurs de ces normes. Concernant l’acétamipride, vendu sous les noms de Pristine et Chipco par Aventis CropSciencesk, l’agence européenne appelle à un abaissement de la dose journalière acceptable (DJA) à laquelle les individus peuvent être exposés sans risque à travers les aliments et l’eau. Elle invite également à une diminution du « niveau acceptable d’exposition de l’opérateur » (NAEO), soit la norme qui s’applique aux travailleurs et de la dose aiguë de référence (ARfD) soit la quantité maximale pouvant être ingérée sans dommage sur une courte période. A propos de l’imidaclopride, dont le nom commercial est largement connu puisqu’il s’agit du Gaucho fabriqué par Bayer CropScience, l’EFSA préconise un abaissement du NAEO et de l’ARfD. On soulignera que les modifications suggérées par l’EFSA sont parfois très importantes. Ainsi, concernant l’ARfD de l’acétamipride, elle propose de passer de 0,1 mg/kg pc à 0,025 mg/kg pc (par jour).

Quel impact sur la santé publique ?

Ces révisions des seuils acceptables ne sont qu’une première étape. L’EFSA appelle en effet à la réalisation de nouveaux travaux. Plus généralement, elle estime que la procédure d’acceptation des insecticides et autres pesticides devrait être révisée afin de rendre obligatoire la réalisation d’études évaluant la neurotoxicité développementale des produits. Des essais in vivo et vitro pourraient notamment être systématiquement conduits.

Le caractère inédit de cet avis de l’EFSA, qui pour la première fois reconnaît la toxicité d’insecticides pour l’homme, a entraîné de nombreux commentaires. Ceux qui militent depuis des années pour une révision de l’autorisation de nombre de pesticides n’ont en effet que pu que se féliciter de la prise de position d’une agence (dont ils se sont souvent plus à dénoncer les conflits d’intérêt !). Cette prise de position de l’EFSA n’est cependant nullement une fin en soi. La Commission européenne doit en effet désormais soumettre l’avis aux fabricants afin de recueillir leurs commentaires, tandis que l’abaissement des valeurs de référence pourrait être au menu d’une réunion qui se tiendra en mars prochain. Il sera alors grand temps de déterminer plus précisément l’impact de l’exposition à ce type d’insecticide sur la santé publique et sur celle des exploitants agricoles.

Journal International de Médecine

Commentaires

0
2014-02-27 11:24:57 +0100

La décision d'interdire à partir du 1er décembre 2013, d'insecticides néonicotinoïdes, accusés d'être mortels pour les abeilles, pendant deux ans sur certaines cultures: maïs, colza, tournesol, coton et céréales à pailles semées au printemps a été annoncée sur ce site
http://www.humanite-biodive...

Mais l'interdiction n'est décidée que pour deux ans.
Voici un article récent à joindre au dossier
http://www.euractiv.fr/pac/...

0

À propos de l'auteur

Bonjour. Né en 1972,à une époque où beaucoup de concepts que l'on croit modernes existaient déjà*,je suis devenu éco-conscient spontanément,peu à peu. Parallèlement à mon métier (médecin généraliste),je pratique la botanique amateur, l'ornithologie et l'entomologie amateur (de loin). Je fais des sorties, assiste à des conférences, et le savoir emmagasiné peu à peu est renforcé par des lectures....

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 50022
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 18791
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 37631
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 1929
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 2658
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 7945

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy