POPULARITÉ
4

La biodiversité des plantes médicinales : Notre assurance vie pour le futur

Éditer
Publié dans
le 20.04.20
9_11

La diversité végétale constitue un ensemble de ressources biologiques vitales pour les générations futures.

De nombreuses espèces menacées sont utiles à l'homme en tant que plantes médicinales ou alimentaires.

Notre santé est intrinsèquement liée à la préservation de la biodiversité des plantes médicinales. Le développement du marché et l’utilisation commerciale des plantes médicinales à grande échelle peuvent menacer la biodiversité du fait d’une surexploitation des plantes servant à la fabrication de phytomédicaments et d’autres produits naturels utilisés pour les soins de santé (compléments alimentaires, nutraceutiques, cosmétiques, etc.) [1].

Il convient de relever que l'intérêt du public pour l'utilisation des plantes médicinales se fonde sur l'illusion que les plantes seront toujours disponibles. Nous devons prendre conscience des enjeux de la conservation des plantes médicinales : Comment créer de nouveaux produits médicamenteux à partir d’espèces disparues?. Quelles conséquences si les plantes médicinales venaient à disparaître?. Comment garantir cette disponibilité face aux menaces que constitue la demande croissante de la démographie?.

La médecine traditionnelle joue un rôle essentiel dans le cadre des soins de sante primaires. On estime que 60 % de la population mondiale ont recours a des médicaments traditionnels et que, dans certains pays, ces médicaments font partie intégrante du système de sante public. Dans le monde, la médecine traditionnelle et les compléments alimentaires reposent le plus souvent sur l’utilisation des plantes médicinales récoltées dans la nature ou cultivées.

Bien qu’il existe des médicaments de synthèse pour de nombreux usages, les produits naturels et les plantes en particulier restent très utilises comme produits médicinaux et font l’objet de nombreux travaux de recherche biomédicale dont le but est d’améliorer les connaissances sur la physiologie humaine et animale et de traiter les maladies.

Toutefois certaines plantes médicinales, très répandues autrefois, sont devenues rares aujourd’hui ; en France plusieurs dizaines d’espèces se sont éteintes depuis un siècle. 21 % des espèces médicinales identifiées dans le monde sont menacées ou vulnérables. La diminution rapide des habitats naturels et de la biodiversité contribue à la perte d’une richesse culturelle liée aux savoirs médicinaux traditionnels. Il est donc impératif d’envisager des mesures de protection de ces milieux et des populations pour assurer la conservation et l’utilisation adéquates des espèces. Des mesures adéquates doivent être prises pour une gestion durable de nos ressources naturelles (prise de conscience des acteurs industriels et individuels du problème de la disparition des espèces végétales).

Les facteurs d’une perte de biodiversité sont nombreux: la transformation des habitats, la surexploitation, les espèces exotiques envahissantes, la pollution, les changements climatiques, la pauvreté des pays qui ramassent les plantes médicinales, la démographie croissante, les pratiques culturales, l’élevage et les causes naturelles (incendies, inondation, etc.).

L’un des plus grands défis pour la communauté mondiale c’est de mettre fin à l’appauvrissement de la diversité des plantes, essentielles pour répondre aux besoins présents et futurs de l’humanité. C’est la garantie de notre assurance vie de demain. Il ne faut pas agir « contre » la nature, mais toujours en harmonie avec elle.

[1] L'homme reste le principal responsable de la disparition des plantes sauvages Le Monde avec AFP Publié le 29 septembre 2010 à 12h27.

Commentaires

0
2020-04-20 14:37:04 +0200

Moi je prône le "laisser tout pousser" : bannir les tondeuses, les tronçonneuses, les taille-haie , tous les engins électriques ou thermiques qui font des dégât considérables dans la flore et la faune des jardins, des parcs, des prés, des champs, des forêts, des collines, des montagnes..... Juste l'utilisation d'outils manuels pour effectuer des chemins et le retour des animaux domestiques.
Cela permettrait de faire revenir les plantes indigènes, la faune qui va avec, le silence et une protection verte pour atténuer les effets du réchauffement sur le vivant en général.

0

À propos de l'auteur


Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 12
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 2
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 2
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 2
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 2
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 2

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy