POPULARITÉ
13

La fin du Monde en 2100

Éditer
Publié dans
le 14.08.12
Nature11018-f1.2

Des travaux scientifiques aboutissent à ce résultat. Est-ce de nature millénariste? Elle laisse peu d'espace à l'action collective. On peut certes se référer aux travaux du club de Rome comme précédent, mais la prospective est un travail difficile, juste un signal d'alarme.


Cette étude, menée par 18 scientifiques, soulève la dégradation générale de la nature et des écosystèmes terrestres, selon ces chercheurs les fluctuations climatiques entraînant un changement radical du bilan énergétique global. Ainsi, selon cette étude, l'évolution serait dramatique et la situation fatale irréversible pour la biosphère. Cette étude de l'équipe de la SIMON FRASER UNIVERSITY (SFU), publiée juste avant RIO + 20, a été commentée et critiquée par de nombreux chercheurs.
Et comme nul ne connaît l'avenir, je la mentionne juste pour mémoire !
Son résumé est dans Nature 486, 52–58 (07 June 2012) sous le titre
Approaching a state shift in Earth’s biosphere

http://www.nature.com/nature/journal/v486/n7401/full/nature11018.html

Commentaires

4
2012-08-14 13:16:28 +0200

Le titre "fin du monde en 2100" si souvent utilisé pour présenter l'étude relatée dans Nature ne fait que retarder la fin prétendue en décembre 2012 sur de trop nombreuses pages d'Internet. Pourtant ce ne serait ni vrai pour le monde qui désignerait notre planète Terre, ni vrai pour le monde qui désignerait la totalité de l'univers.
Seule la biosphère serait concernée comme le titre initial le précise. Et il n'est pas prouvé que l'intelligence humaine n'empêchera pas une telle prédiction. A nous, ensemble, de démontrer que la biodiversité peut être préservée ! En tous cas l'association Humanité et biodiversité s'active avec les moyens que lui donnent ses adhérents, tous convaincus qu'IL Y A QUELQUE CHOSE À FAIRE !

4

2
2012-08-14 15:37:33 +0200

La publication de l'équipe de la FSU a été commentée et critiquée par de
nombreux chercheurs. Parmi eux, Aaron Ellison, experte des dynamiques liées à la
biodiversité et aux changements climatiques de l'Université de Harvard dénonce
la banalité de l'étude : "/On sait déjà très bien que les choses changent très
vite et qu’il faut comprendre ce qu’il va se passer, considéré l’urgence de la
situation/". Pour Brad Cardinal, de l’Université du Michigan, cette recherche
est suggestive, mais pas définitive : "/Seul le temps nous donnera la réponse.
Ce n’est pas la première fois qu’une étude du genre est publiée/"

2

À propos de l'auteur

ex-directeur de Laboratoire INRA, économiste, ex président de l'institut de recherche économique et sociale, ex membre du bureau du CNIS, négociateurs des Grenelles de l'environnement et de la mer, membre du CEDD et de la CNDP. Vice-président d’Humanité et Biodiversité.

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 231241
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 163763
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 61437
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 15917
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 9418
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 196532

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy