POPULARITÉ
1

Le chef de l'Etat n'oppose pas les agricultures «verte» et «productive»

Éditer
Publié dans
le 12.09.12
360953_0202261682637_web

La combinaison n'est pas aussi simple. Mais le pari est tentant, si chacun accepte les concessions nécessaires.

Il y a par ailleurs un supplément dans Ouest-France du 11 septembre sur la PAC a 50 ans. La PAC date de janvier 1962.

"Dans son premier grand discours sur l'agriculture et l'agroalimentaire, François Hollande s'est attaché mardi à Rennes à écarter les a priori des agriculteurs à l'égard des socialistes. Il ne sera pas, a-t-il assuré dans une longue intervention au Salon international de l'élevage (Space), le chantre d'une vision étroite d'une agriculture plus verte que productive, qui alimente toutes les peurs du monde agricole. Bien au contraire. Le chef de l'Etat entend s'appuyer sur ce secteur de l'économie, qui emploie 1,5 million de personnes et génère un chiffre d'affaires de 240 milliards d'euros pour mener « le redressement productif » de la France et alimenter « la croissance ». L'agriculture française doit produire mieux pour produire plus grâce à « un nouveau modèle » qui tourne le dos à l'usage excessif d'engrais et de pesticides, a-t-il insisté.

Pas question pour François Hollande d'accepter la suppression des derniers instruments de régulation des marchés communautaires du vin et du sucre. Ni d'entériner une baisse du budget de la Politique agricole commune, ni de renoncer à reconquérir les parts de marché perdues au profit de concurrents européens. A cet égard, le président a indiqué que des décisions seront prises « avant la fin de l'année » sur le coût du travail pour réduire les écarts de compétitivité avec des pays comme l'Allemagne. « Le mode de financement de la protection sociale tiendra davantage compte des petites entreprises exposées à la concurrence internationale », a-t-il promis.

Le gouvernement donnera les moyens aux agriculteurs de lutter contre la volatilité des prix en soutenant « toutes les initiatives améliorant la transparence des transactions des marchés financiers sur les matières premières agricoles [...],  en améliorant les relations contractuelles et commerciales dans les filières pour une meilleure répartition des marges ». Directement exposés à la flambée des céréales, qui augmentent le prix de l'aliment des animaux, les éleveurs bénéficieront d'« un plan d'action » spécifique que Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture présente ce matin en Conseil des ministres. Il inclut « un échelonnement des cotisations sociales et un accompagnement bancaire », des crédits « supplémentaires » pour mettre les élevages aux normes environnementales, ainsi qu'une fiscalité, qui allège l'impact des aléas climatiques et sanitaires. Ce dernier point bénéficiera à l'ensemble des agriculteurs, afin de « lisser les variations de revenus ». Autant d'engagements destinés à « recréer un élan collectif comparable à celui de la modernisation des années 1960 », selon le chef de l'Etat."

Écrit par Marie-Josée COUGARD
Journaliste
 
Source : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/0202261682573-le-chef-de-l-etat-n-oppose-pas-les-agricultures-verte-et-productive-360953.php

Commentaires

À propos de l'auteur

ex-directeur de Laboratoire INRA, économiste, ex président de l'institut de recherche économique et sociale, ex membre du bureau du CNIS, négociateurs des Grenelles de l'environnement et de la mer, membre du CEDD et de la CNDP. Vice-président d’Humanité et Biodiversité.

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 231258
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 163763
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 61437
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 15917
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 9418
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 196532

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy