POPULARITÉ
79

Le jardin, un paradis phantasmé /1

Éditer
Publié dans
le 12.03.14
Wood_from_the_lake_in_garden_(2)

 Le jardin ou le paradis selon l'homme

  • Le jardin a toujours été une donnée très relative de la prise de possession de son environnement par l'être humain.

L'homme selon ses convictions religieuses y a, par une métaphore simple et partagée par la majorité des cultures, vu dans ce morceau de terre une possibilité de recréer le paradis originel qui porte profusion de fruits, plantes qui guérissent,ce qui assure de son bien-être. Selon les cultures et les besoins spécifiques, ils se sont développés et mis en place sur un mode toujours constant, en effet l'homme en prenant possession de ce lambeau de terre y a installé des cultures plus ou moins entretenues qui ont eu plusieurs fonctions.

On pourra d'ailleurs les classifier en plusieurs entités distinctes:

- Le jardin nourricier qui par sa production assure une part ou totalité de son alimentation.

- Le jardin médicinal qui apporte des simples entrant dans la médication de différentes maladies.

- Le jardin religieux qui entre dans la catégorie du spirituel qui a souvent lien avec le précédent.

- Le jardin d'agrément ou jardin décoratif qui a un rôle de marquage du statut social.

Nous remarquerons que les limites de chaque genre sont parfois bien peu claires... Il est des jardins qui ne pourront pas être classés aussi catégoriquement qu'il nous est suggéré antérieurement...

 

LE JARDIN NOURRICIER

La naissance du jardin nourricier et de l'agriculture ont dû se faire au même moment par définition.

L'homme qui se nourrissait de céréales sauvages, de fruits et de chasse, évolua vers vers un statut plus agricole, vers la sédentarisation ou la nomadisme pastoral.

Les hommes, plutôt les femmes d'ailleurs, moissonnaient des céréales sauvages et les triaient.

On observa alors que ces grains germaient et donnaient de nouvelles plantes capables de donner de nouvelles récoltes. L'homme chassait en apportant les protéines, les femmes cueillaient et apportaient le complément végétal de cette alimentation. De chasseur cueilleur peu à peu, grâce à ce jardin nourricier qui permettait une source d'aliments plus ou moins régulière, l'homme devint sédentaire. Ce fut d'abord des céréales primitives et des légumineuses qui furent cultivées. Je suppose qu'au départ ces cultures primitives ne furent qu'un complément de subsistance du groupe, mais on pense que ce furent les femmes qui en premier lieu qui initièrent ces cultures. Il est d'ailleurs curieux de faire un parallèle entre Eve et son arbre de la connaissance qui permit à l'humanité de prendre conscience de sa situation en tant qu'être humain. La Génèse effleure la situation de chasseur cueilleur de l'homme et le fait exister au moment où il se sédentarise... Ce qui correspond à l'émergence du jardin nourricier, les deux plantes les plus fameuses de la bible hors olivier, furent la vigne de Noé, et les lentilles , dont un plat fut a l'origine d'une sacrée histoire. Bref sans le dire explicitement la femme fut à l'origine d'une beuverie mémorable et d'une dispute fratricide, en même temps qu'elle fut à l'origine de la sédentarisation de l'homme, donc à son avènement en tant qu'être conscient de son état...

 

Revenons un peu au jardin, proprement dit. Donc nous étions dans le jardin d'Eden et maintenant nous évoluons vers un jardin nourricier qui permet la culture des premières céréales .

De ces jardins primitifs nous avons hérité aujourd'hui une multitude de céréales: le maïs, le sorgho, l'orge ou le riz. Je pense que ces premiers jardins étaient des parcelles revisitées tous les ans dans lesquelles les femmes ressemaient du grain ou des zones réservées dans lesquelles poussaient déjà un quantité de végétaux intéressants leur vie... Ces premiers jardins fournissaient baies et céréales et étaient à proximité des campements d'été. Les femmes en étaient responsables et l'homme chassait... Puis l'homme devint berger et mena ses bêtes au gré des ressources en herbe si bien qu'à côté des pâturages, il y eut des zones peu à peu cultivées; l'agriculture naissait!

 

Lors de sa sédentarisation l'homme en découvrant des moyens de cultiver plus facilement grâce à l'araire la femme fut en partie responsable de la basse-cour et du potager, légumes pour le potage, tandis que l'homme se consacrait aux grosses cultures et aux grosses bêtes.

Le chou, le radis, l'oignon, le navet, le panais, l'ail, le poireau, la betterave et ses variantes, le rutabaga, puis la carotte, vinrent compléter la cueillette de légumes sauvages et furent la base des légumes cultivés en Europe, tandis qu'en Amérique du Sud apparaissaient la tomate, les poivrons ou piments, la patate, le topinambour, les haricots, les citrouilles et consoeurs, le maïs, l'arachide et le manioc. L'Afrique nous donna des melons, gombos, les pois d'Angola, le niébé, ignames(qui est commun en fait sur tout le pourtour tropical du globe comme la patate douce ce qui rend un peu délicat de situer avec précision l'origine de ces deux plantes), le mil, le sorgho, et beaucoup de légumes feuilles consommés encore sur place. L'Asie nous donna des laitues, le riz,les aubergines, certains ails et oignons, des carottes, certaines moutardes et choux, le pois mungo, le soja, et une variété de légumes feuilles à proprement parler tout à fait étonnante ainsi que des fruits tels la pêche, les agrumes, les pommes, et autre fruits courants.

 

Et là nous remarquons que le jardin nourricier s'est mué en deux entités distinctes: les champs et le potager.

Les champs étant le domaine réservé de l'homme, ce qui ne l'empêchait pas de bâter femme et enfants si les bêtes de trait venaient à faire défaut au labour, et le potager celui des femmes, et je n'ai pas le sentiment qu'elles bâtaient leur mari pour le labour, mais bon passons.

Donc le jardin nourricier fut un aspect essentiel de la sédentarisation de l'être humain en limitant de fait ses déplacements à la recherche de nourriture.

Ce qui pourrait nous induire le sentiment de cette recherche du jardin d'Eden qui nous fournissait tout ce que l'homme est en attente à satisfaire sa vie, est de fait bien représentée par le jardin nourricier, notamment le potager, qui comme par hasard est bien souvent à charge des femmes dans la plupart des civilisations, qu'elles soient Amérindiennes, Européennes, Océaniques ou Asiatiques... C'est une vraie constante... Certains esprits chagrins nous feront remarquer qu'elles n'avaient qu'à ne pas croquer cette satanée pomme, et que finalement ce n'est qu'un juste retour des choses... Mais il s'agit là d'un autre débat.

Donc le jardin permit, par son côté nourricier, le développement et l'installation de concentrations humaines de plus en plus élevées.

 

Les maladies, blessures et autres accidents ont de tous temps été un facteur limitant de la durée de vie. On remarqua que certaines plantes favorisaient la guérison, apaisaient la douleur, tuaient ou permettaient des rêves éveillés... Le jardin médicinal est né..

... à suivre

 

Commentaires

1
2014-03-12 18:54:14 +0100

Mon premier article... je vous remercie tous de vos remarques à venir !

1

1
2014-03-12 18:59:43 +0100

Article(s) intéressant(s).
Il est vrai que les jardins sont les supports de rêves et d'utopies par delà leur aspect utilitaire.
Et encore plus vrai aujourd'hui pour les citadins que nous sommes de plus en plus.

1

À propos de l'auteur


Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 104
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 1
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 0
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 0
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 0
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 0

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy