POPULARITÉ
4

Le temps d'une nouvelle gouvernance

Éditer
Publié dans
le 05.08.12
Carte_france_satellite

 

La gouvernance dans la transition écologique.

Cette question passionne de nombreux acteurs, mais je reconnais qu’elle est secondaire pour moi. Pas sans importance, mais pas première. Si l’on prend le cas de la biodiversité, l’élément majeur est la prise de conscience des citoyens, le regroupement associatif pour peser plus encore, par le biais d’une confédération de la biodiversité. Dans la gouvernance, il y a le risque majeur d’institutionnalisation, celui qui a fait beaucoup de mal, aux partis politiques, aux syndicats.

Il faut retrouver les liens avec les populations des villes et des campagnes. Pour des pans entiers de notre pays, la biodiversité est une inconnue ou un obstacle à la « croissance ».

Il serait certes utile d’avoir une seule instance qui traite au niveau national et international de la biodiversité. Même si le climat, la santé ont un rapport avec la biodiversité, mêler tous les sujets dilue. On pourrait certes concevoir un CESE en charge de tous les sujets environnementaux ou même une chambre du futur, chère à FNH, mais cela ne changerait rien au mode de fonctionnement  consensuel de la première assemblée citée. La chambre du futur elle serait une chambre dominée par les experts. Je vois d’ailleurs mal l’assemblée nationale et le sénat l’accepter.

On peut aussi passer par la case constitutionnelle et faire du dialogue environnemental, l’équivalent du dialogue social. C’est concevable, mais la tentative est risquée pour l’un comme pour l’autre.

Reste toutes les institutions qui s’occupent de sujets environnementaux. Il y a de quoi tuer une organisation, par la multiplication des présences, même si ces dernières sont rémunérées.

La légitimité des syndicats comme des associations passent par un réseau décentralisé au plus près de leur lieu de légitimité, l’entreprise pour les syndicats, le territoire pour les ONG environnementales. Une organisation centralisée et uniquement centralisée ne peut participer à la construction d’une RSE. Or l’instrument de la RSE est le levier indispensable pour être sur le terrain.

Je sais que le décret applicatif de l’article 225 du Grenelle 2 ne convient pas à certaines organisations dont je fais partie. J’ai là un point de désaccord, on devait à partir du décret construire une courbe d’apprentissage, faire le bilan et voir les étapes suivantes. La réglementation lourde tuera l’initiative.

Pour la gouvernance, je plaiderai pour la remise à plat de toutes les instances, voir celles qui sont indispensables et celles qui sont inutiles. Mais celles qui resteront devront avoir une gouvernance ouverte aux acteurs responsables et représentatifs,

Le débat public n’a pas été si négatif jusqu’à présent, la CNDP est certes étrangement non ouvertes à des acteurs majeurs du changement, ce qui est rectifiable, mais certains débat ont eu lieu alors que la décision était prise, cas de l’EPR de FLAMANVILLE ou de ITER.

Quel rôle demain pour les collectivités territoriales ? On parle beaucoup des régions, mais ces dernière sont pour certaines artificielles, le Centre par exemple, ou de taille ridicule, la distinction entre Haute et Basse Normandie. La question des régions  frontalières dit être posé dans une gouvernance transnationale. Faire une trame verte ou bleue et s’arrêter à la Frontière espagnole, allemande, belge ou italienne est une stupidité.

Il faut donc passer un peu de temps sur les questions de gouvernance, mais pas trop de temps, si l’on ne veut pas devenir des gardiens des musées sociaux ou environnementaux. C’est la réalité que l’on veut transformer.

 

 

Illustration: carte de France du site http://www.cartesfrance.fr/satellite/

Commentaires

0
2012-08-05 09:46:50 +0200

La position de "Humanité et biodiversité" fut abordée là :
http://www.humanite-biodive...

Merci pour votre contribution de bon sens.

0

À propos de l'auteur

ex-directeur de Laboratoire INRA, économiste, ex président de l'institut de recherche économique et sociale, ex membre du bureau du CNIS, négociateurs des Grenelles de l'environnement et de la mer, membre du CEDD et de la CNDP. Vice-président d’Humanité et Biodiversité.

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 231258
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 163763
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 61437
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 15917
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 9418
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 196532

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy