POPULARITÉ
536

Les enfants des bois

Éditer
Publié dans
le 23.06.20
0438814e-8db5-4042-b179-1e04338284be

Nous étions un groupe : une petite bande de village, de quatre à six, rarement plus. Le village était comme notre famille, chaque maison nous appartenait, nous étions les enfants du village, nous avions... presque tous les droits.

A part : faire des cabanes dans les bottes de paille (impossible de nous empêcher), manger les cerises du père Faucon (ce qu’on faisait avec ses petits enfants),.. Faire des cabanes dans les bois... là... problème : à l’intérieur de notre délicieux repère creusé dans un roncier et garni de mousses tendre, un serpent a eu l’excellente idée de venir s’installer. Le mot est vite passé.

On n’en menait pas large, mais on n’a rien dit, on est moins allés (un temps) dans les bois.

Il y avait des dangers, on était au courant : d’abord les vipères, bien décrites pour qu’on ne les confonde pas et nous mettions de toutes saisons des chaussures hautes et des chaussettes. Se fouler la cheville par exemple : dans ce cas, envoyer un pote chercher du secours ou rentrer clopin clopant avec un bâton. Rencontrer une bête sauvage : lorsqu’on est seuls dans les bois, il faut faire du bruit, siffler ou chanter pour qu’ils sachent « qu’on est là », ne pas les surprendre. Si on en rencontre un, ne pas avoir peur, bouger très lentement, faire « marche arrière »... Non ma puce, il n’y a plus de loup, mais attention aux sangliers : tu les repères aux gros bruits qu’ils font en cassant les branches. Mon père m’a dit de me méfier des chevreuils qu’il estimait capables, en cas de danger de charger, leurs bois pointus en avant comme des poignards...

Pour les mûres ne manger que celles en hauteur car les renards peuvent uriner sur les baies plus basses (pouah !!)... Ne pas récolter de champignons quand vous êtes seuls !! (Mais, maman, quand même, les trompettes de la mort, les morilles, morillons, on peut, quand même ?) Pour les châtaignes on ira ensemble. On fera des bouquets de fleurs sauvages, on cherchera les chardons pour les bouquets secs d’hiver...

Avec ce viatique, sans aucune surveillance, des heures durant nous avons fait tressaillir le petit monde des bois en courant partout et en poussant des cris de sauvages... Nous partions en début d’après-midi et revenions, affamés pour le goûter en fondant comme une nuée d’étourneaux autour d’une table de cuisine bien garnie.

Je ne comprends pas bien comment on a pu passer de l’ivresse de cette liberté enfantine à l’éducation encadrée que nous connaissons maintenant. Si j’avais agi de cette manière avec mes enfants j’aurais encouru l’opprobre de mes pairs...

Le lien très fort avec la nature s’acquiert très jeune. A force de vouloir atteindre le risque zéro pour les enfants on les a privés de liberté, d’établir un lien direct avec leur environnement. Et les loisirs vidéo-numériques ont fait « le reste ». Notez que je n’ai rien contre, par exemple les jeux vidéo, au moins ceux testés par les parents, et en temps d’accès contrôlé, mais beaucoup contre la télévision... Mais il faut bien comprendre qu’entre le danger de rendre un jeune bouffi, à ne s’intéresser à rien en grignotant devant la télé et le danger de laisser des jeunes tous seuls dans un terrain d’aventure, le choix est vite fait.

Alors... Hé bien nous avons coupé nos enfants de la nature... La nature à laquelle ils ont droit est celle des espaces verts identifiés, des jardins communaux, toujours encadrés, surveillés, un portable dans la poche (ce n’est pas le pire :) Et il manque un chainon : le livre d’enfant n’est pas « raccord » avec la nature, Mickey, Donald, ce ne sont ni des souris ni des canards, juste des humains déguisés en animaux « pour rigoler ».

Commentaires

0
2020-06-23 18:12:36 +0200

Il est souhaitable que des centres de sensibilisation à la nature et à l'environnement soient créés dans toutes les régions. Les parents et leurs enfants durant leur scolarité doivent y suivre des stages de sensibilisation en pleine nature encadrés par des gens compétents en la matière.
Le respect de la vie et de l'environnement doivent faire partie intégrante de l'éducation pour assurer une évolution constructive de notre terre.

0

0
2020-06-23 19:06:07 +0200

Je suis d’accord pour l’immersion familiale en milieu naturel préservé avec une forme d’encadrement, mais le préalable est de leur donner envie. Sinon rien ne se passera, les vacances dans les bois deviendront juste « les vacances où la liaison Internet était pourrie » ...

0

0
2020-06-23 22:06:11 +0200

Je ne vois pas ce moment comme des vacances, je suis convaincu que la famille doit pourtant avoir un rôle à jouer dans ce domaine. Mais ce n'est pas toujours le cas pour beaucoup de jeunes...
Une journée en sortie scolaire dans un bel endroit de nature au printemps laisse dans la mémoire sensible des jeunes enfants des souvenirs inoubliables. Ce n'est pas un choix mais une expérience qui participe à leur connaissance. Celle-la même qui leur permet plus tard de prendre des attitudes réfléchies ou certaines orientations dans leur vie...

0

1
2020-06-28 13:20:00 +0200

Merci Thodule pour ce récit plein de poésie. Je mesure à présent la chance d'avoir vécu une enfance comparable et je rêve désormais d'en transmettre les valeurs de respect et d'aventure à mes petits enfants.

1

2
2020-06-29 18:01:04 +0200

Tout peut revenir, les enfants du numérique préféreront un jour la réalité à la réalité virtuelle, les copains des chemins à ceux des réseaux sociaux. Mais il faut laisser les personnes revenir d’elles-mêmes à d’autres valeurs, combattre les idéaux du bonheur consumériste qui n’alimentent que les poches des grosses sociétés... Tenir le coup et protéger ce que nous pouvons en attendant la relève des nouvelles générations.

2

1
2020-06-29 18:54:29 +0200

Le numérique est un très bon outil de communication que l'on doit faire évoluer et utiliser sans excès.
Internet doit servir d'information mais ne remplacera jamais l'expérience...
La saturation d'ondes électro-magnétiques représentera un danger mondial pour la santé comme l'est l'addition de pesticides dans l'alimentation par exemple...
L'addiction au virtuel est un danger psychique qui mène au culte de l'égo et de sa propre image dans le miroir, les écrans.
La 5 G c'est la folie des dirigeants ultra-capitalistes qui voient cet enjeu comme une forme de réalisation incontournable pour dominer le monde, Trump face à la Chine. Pour eux, l'essentiel: se regarder dans le miroir, être les plus beaux, WINNERS, être les rois des lobbies, des banques mais la vie et la santé des gens , l'impact sur la santé, l'environnement ? ....
Némesis ne retient plus sa colère….
Le monde va mal.
Narcisse se noie….

De l’oeuvre et de la sensibilité de chacun dépend l’avenir de nos sociétés.
Cassez le miroir!

1

À propos de l'auteur

Bonjour, je suis Dominique Henry, nouvelle adhérente et vice-présidente d’Eure & Loir Nature. Mon domaine de compétence est la communication et l’expression visuelle. Je suis infographiste. Actuellement, au sein d’Eure & Loir Nature je participe à la commission CDPENAF (Commission de Préservation des Espaces Agricoles, Naturels et Forestiers) une fois par mois à la préfecture de Chartres.

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 33
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 995
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 6
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 6
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 6
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 553

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy