POPULARITÉ
5

Les lois de l'attraction d'un coléoptère nécrophage

Éditer
1747231_3_458a_dermeste-de-l-espece-maculatus-coleoptere_e7e43b083947c478072e654a68ee7a56

Les dermestes, petits coléoptères bien connus des entomologistes spécialisés en médecine légale, ont des moeurs aussi surprenantes que raffinées. Une équipe allemande vient d'élucider ce qui attire les femelles vers les dépouilles d'animaux ou d'humains : un savant cocktail composé de phéromones émises par les mâles de leur espèce et d'effluves de décomposition.


Christian von Hoermann (université d'Ulm) et ses collègues ont publié leurs résultats le 13 août dans la revue en ligne Frontiers in Zoology. Dans des travaux antérieurs, ces chercheurs avaient observé que les mâles de dermestes, espèce maculatus, précédaient leurs femelles sur les cadavres. Ils ont donc voulu comprendre comment ces dernières entraient en scène et initiaient le cycle de reproduction.


Pour cela, ils ont utilisé des dépouilles de porcs - dont les caractéristiques sont proches de l'homme en la matière -, à quatre stades de décomposition. Ils ont fait respirer les odeurs correspondantes, éventuellement combinées à des phéromones naturelles ou synthétiques, à de jeunes femelles dermestes, grâce à un appareil nommé olfactomètre en Y. Séparément, les différents effluves n'ont eu aucun effet. Les vierges n'ont réagi qu'à une association d'odeurs de décomposition à un stade relativement tardif et de phéromones. L'hypothèse des auteurs est que les mâles émettent ces signaux chimiques sexuels afin de signaler aux femelles que les conditions sont réunies pour qu'elles viennent s'alimenter, s'accoupler et pondre.


"C'est un travail intéressant, qui pourrait avoir des applications concrètes en médecine légale pour la datation de la mort", commente Damien Charabidzé, entomologiste à l'institut médico-légal de Lille et l'un des rares chercheurs en France à mener des études sur les insectes nécrophages (voir www.forenseek.org).


A la fin du XIXe siècle, le vétérinaire Jean-Pierre Mégnin avait jeté les bases de l'entomologie médico-légale en identifiant huit escouades, familles d'insectes et autres invertébrés colonisant successivement les cadavres. Depuis, sa classification a été abandonnée, mais des spécialistes continuent de caractériser les us et coutumes des "travailleurs de la mort" pour estimer des délais post mortem.


Lors d'une expertise, deux questions distinctes se posent, selon Damien Charabidzé. "La première est de savoir combien de temps il faut à des insectes pour arriver sur un corps, et il est souvent difficile d'y répondre car les variables sont très nombreuses, à commencer par la température. L'autre point essentiel est de déterminer l'âge de ces insectes, c'est-à-dire depuis combien de temps ils sont présents sur un cadavre." Fréquents en fin de décomposition, "les dermestes sont le plus souvent retrouvés sur des corps découverts en intérieur, quand la dessiccation est plus rapide et qu'il y a peu de compétition avec d'autres espèces, précise l'entomologiste lillois. Leurs larves peuvent digérer complètement les tissus mous, laissant intact le squelette. Cette propriété est d'ailleurs parfois utilisée pour nettoyer des fragments osseux".


Dans le passé, ces auxiliaires de la médecine légale ont souvent été vus d'un mauvais oeil. Au XXe siècle, ils ont fait beaucoup de dégâts dans les abattoirs, les mégisseries... et même dans les habitations où ils s'attaquaient aux stocks de denrées alimentaires. Aujourd'hui encore, les dermestes sont la hantise des conservateurs de muséums d'histoire naturelle, une invasion pouvant ruiner les collections d'insectes et d'autres animaux naturalisés.


Sandrine Cabut


Source : http://www.lemonde.fr/sciences/article/2012/08/16/zoologie_1746871_1650684.html 

Commentaires

2
2012-08-19 16:58:15 +0200

Ces insectes dont les larves se développent dans le milieu naturel pour la plupart grâce à la chair des cadavres sont en effet indésirables dans certains musées ... Voir

http://www1.montpellier.inr...

2

À propos de l'auteur

ex-directeur de Laboratoire INRA, économiste, ex président de l'institut de recherche économique et sociale, ex membre du bureau du CNIS, négociateurs des Grenelles de l'environnement et de la mer, membre du CEDD et de la CNDP. Vice-président d’Humanité et Biodiversité.

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 226412
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 163762
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 61436
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 15915
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 9417
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 196531

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy