POPULARITÉ
1397

Néonicotinoïdes: quel sort leur réserve la loi ?

Éditer
Publié dans
le 11.05.16
Biodiversite-l-assemblee-vote-l-interdiction-des-neonicotinoides

Les pesticides néonicotinoïdes défraient la chronique depuis des mois eu égard à leur dangerosité.

En février dernier, notre association demandait, dans l’attente des diverses évaluations prévues de ces différentes substances, un maintien de l’interdiction d’usage des trois substances visées par le règlement européen de 2013 et son extension :
- aux deux autres substances en cours de réexamen et qui restent autorisées ;
- à l’ensemble des cultures en milieu ouvert, annuelles ou pérennes (vignes et vergers), seules restant autorisés les usages en milieu confiné (serres).

Avec l'examen par les parlementaires du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, les néonicotinoïdes sont sur la sellette. La presse retient ce sujet plus que tout autre car c’est l’un des grands sujets de discorde entre les députés et les sénateurs.

Exemples
- cet article sur lemonde.fr

Extraits

La grande différence entre les néonicotinoïdes et les autres insecticides est leur mode d’utilisation, déployé à grande échelle au milieu des années 1990. La majorité des produits classiques sont en effet utilisés en pulvérisation : ils sont épandus sur les cultures en cas de présence de ravageurs dans les champs. Mais les néonicotinoïdes, eux, sont le plus souvent utilisés en enrobage de semences, de manière préventive (maïs, blé, orge, tournesol, soja, colza, etc.). Ces nouveaux insecticides sont dits « systémiques », car le toxique circule dans tout le système vasculaire de la plante : ce sont non seulement les feuilles, mais aussi le pollen ou le nectar (dans le cas des plantes mellifères) qui contiennent l’insecticide.

...des travaux français ont montré que l’exposition d’une abeille à environ un milliardième de gramme d’un néonicotinoïde couramment utilisé réduisait sensiblement sa capacité de retrouver le chemin de sa ruche. Or, si les butineuses ne reviennent pas à la ruche, c’est toute la colonie qui est fragilisée et qui peut s’effondrer. D’autres travaux ont montré que les bourdons étaient plus sensibles encore que les abeilles à ces substances qui, aux niveaux d’exposition rencontrés dans l’environnement, peuvent réduire de près de 80 % leur capacité à se reproduire…

Ce n’est pas tout : les insecticides néonicotinoides n’ont aucun pouvoir répulsif sur les abeilles. Au contraire ! Une récente étude a ainsi montré que les abeilles butinent préférentiellement les plantes contaminées plutôt que celles qui ne le sont pas ! Loin de repousser les abeilles, les néonicotinoïdes les attirent. Un peu comme l’attrait exercé par certains neurotoxiques sur les humains, comme la nicotine (dont sont dérivés, comme leur nom l’indique, les néonicotinoïdes).

Autre inconvénient de ces produits : seul 10 % en moyenne du produit qui enrobe les semences est généralement absorbé par la plante traitée. Près de 90 % de la quantité utilisée reste donc dans les sols et y persiste généralement jusqu’à plusieurs années. Les champs traités sont donc durablement contaminés, et certaines de ces molécules, solubles dans l’eau, peuvent être transportées et imprégner l’environnement autour des parcelles traitées. Ainsi, même s’ils étaient interdits demain, les néonicotinoïdes continueront pendant plusieurs années à exercer des effets délétères sur les abeilles et les pollinisateurs.

Extrait en guise de conclusion

... les néonicotinoïdes commencent à nuire à la production. Une étude de 2014 sur 54 cultures majeures en France montre que les rendements de celles qui dépendent de la pollinisation ont décru avec leur usage. Et une équipe internationale impliquant l’Inra a révélé en janvier dans Science qu’en augmentant le nombre et la diversité des insectes pollinisateurs, on accroît le rendement de ces cultures de plus de 20 % en moyenne. Prouvant que travailler avec la nature est plus rentable que de le faire contre elle.

Vignette : @ AFP

Commentaires

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. . Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. . Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’éro...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 782491
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 350052
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 137475
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 218715
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 41482
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 290637

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy