POPULARITÉ
2819

Reeves: pour l'évolution de la notion d'humanisme

Éditer
Publié dans
le 06.04.14
P-2561510-jpg_2201324

L'ouverture récente des archives du Kremlin nous a apporté des informations précieuses sur la guerre froide de la fin du siècle dernier. Je voudrais ici commenter un événement sur lequel il importe de réfléchir pour en tirer des leçons. La scène se passe le 25 septembre 1987, près de Moscou, au poste de contrôle des ogives balistiques chargées des bombes atomiques dirigées vers l'Occident. L'officier Stanislav Petrov aux commandes de l'arsenal reçoit un message : "Une salve de cinq fusées américaines vraisemblablement chargées de bombes atomiques vient d'être détectée en direction de notre territoire." Il a quinze minutes pour prendre une décision. Analysant la situation, il décide de ne pas intervenir.

Il dira simplement, plus tard : "Je ne voulais pas déclencher une troisième guerre mondiale". Il a eu raison : c'était une fausse alerte déclenchée par des reflets du soleil sur des nuages de haute altitude. Pour son inaction, Petrov fut blâmé par sa hiérarchie mais obtint, quelques années plus tard, une distinction de l'Association of World Citizens, au titre de "sauveur de l'humanité". En 1924, Paul Valéry écrivait : "Nous autres, civilisations, nous savons que nous sommes mortelles." Maintenant, nous découvrons que l'humanité entière est mortelle. Pendant quinze minutes son sort a dépendu du jugement d'un seul homme !

"Rendre Descartes obsolète"

La guerre froide est terminée. Le spectre d'une guerre nucléaire paraît bien éloigné même si un retournement de la situation politique est toujours possible. Selon la formule de la SNCF, "un train peut en cacher un autre". Les menaces que fait peser sur notre avenir la crise écologique contemporaine pourraient, si elle n'est pas rapidement contrôlée, nous amener également à notre perte. Dans les deux cas, guerre nucléaire ou détérioration de notre habitat, la cause est ultimement reliée à une utilisation désastreuse des technologies que notre fabuleuse intelligence a inventées.

Cette faculté a permis aux premiers humains de survivre dans une nature hostile où il fallait "manger et n'être pas mangé". Le rôle de l'intelligence, au départ bénéfique, pourrait aujourd'hui, avec l'apparition des armes atomiques et des technologies destructrices de la biodiversité, nous être fatal. Ces considérations déterminent la voie à suivre pour assurer notre survie dans de bonnes conditions. Il y a impérieuse nécessité à revoir le rôle accordé aux manifestations de l'intelligence dans nos interactions avec les autres espèces vivantes et les milieux naturels.

Il s'agit de rendre obsolète la formule de Descartes invitant à "devenir maître et possesseur de la nature". Nous apprenons aujourd'hui, et à nos frais, que l'application de cette formule mènerait inéluctablement à notre perte. Il faut maintenant intégrer dans la notion d'humanisme la nature entière - humains mais aussi plantes, animaux, terres, atmosphère et océans - et apprendre à vivre en harmonie avec elle. 

 Source: http://www.lepoint.fr/invites-du-point/hubert-reeves/reeves-pour-l-evolution-de-la-notion-d-humanisme-06-04-2014-1809588_1914.php

Commentaires

6
2014-04-06 16:06:43 +0200

Vous avez raison, les mots sont importants. Celui "d'humanisme" devrait être dépassé. Il est trop chargé. Il place l'homme au centre de tout, un anthropocentrisme arrogant et condamnable.
Il faudrait trouver un terme qui englobe tout le vivant ( éléments naturels, animaux, végétaux, etc...). A lui seul, le mot écologie est riche de sens. Etymologiquement, il s'appuie sur "oikos" la maison dans laquelle nous vivons tous.
Il faudrait ouvrir un concours pour trouver un mot ou une expression qui remplace ce mot suranné d'humanisme.
Aujourd'hui, en mal d'inspiration, je vous propose un terme républicain; il apparait en troisième position dans la trilogie républicaine.
Ce serait celui de "fraternité" du vivant.

6

3
2014-04-06 16:36:02 +0200

Hubert Reeves aborde souvent ce sujet
Exemple http://www.hubertreeves.inf...
On peut retenir sa conclusion
Respecter les droits fondamentaux des humains entraîne dorénavant à respecter les non-humains puisque l'humanité a son sort lié à celui de la biodiversité. La solidarité intra-spécifique devient aussi interspécifique.

Se montrer humain, c’est préserver le vivant.

3

1
2014-04-06 16:47:43 +0200

En effet, C'est une idée souvent formulée par Hubert Reeves
" Nous devons tourner notre intelligence vers la survie en trouvant le moyen de ne pas nous détruire, ce qui est à la base d'un nouvel humanisme où l'être humain n'est pas le centre de tout, mais s'intègre dans une nature dont il dépend et harmonise son rapport avec elle.»
http://www.humanite-biodive...

1

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. . Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. . Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’éro...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 790410
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 366600
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 154850
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 220168
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 43571
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 292300

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy