Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
One Ocean Summit à Brest : quels engagements pour l'Océan ?

One Ocean Summit à Brest : quels engagements pour l'Océan ?

Pour inaugurer la Présidence française du Conseil de l'Union européenne, Emmanuel Macron avait choisi de frapper un grand coup de tonnerre en organisant, à Brest, du 9 au 11 février 2022, un One Ocean Summit sur le modèle du One Planet Summit dont il avait déjà pris l'initiative au début de son quinquennat.

Après deux journées réservées aux experts et aux acteurs de la société civile, le sommet s'est achevé vendredi par une réunion dite segment de haut niveau rassemblant, autour du Président de la République, une trentaine de chefs d’État et de gouvernement, des représentants de grandes institutions internationales, des scientifiques et des chefs d'entreprises. En véritable maître de cérémonie, Emmanuel Macron a fait flèches de tous bois, s'improvisant successivement ou simultanément animateur, rapporteur, porte-parole des absents avec un indéniable talent et, il faut le reconnaître, une bonne connaissance du dossier.

Comme le Président l'a indiqué dans son introduction, la réunion s'est articulée autour de quatre séquences avec, à chaque fois, l'annonce d'engagements, le sommet n'ayant pas la vocation d'être décisionnel mais d'arrêter des positions fortes à tenir, notamment dans les enceintes internationales appelées prochainement à adopter des mesures contraignantes.

La première séquence, consacrée à la biodiversité et aux écosystèmes marins, à tout d'abord permis au Président français de se réjouir de l'élargissement de la Coalition de la haute ambition pour la nature et les peuples, constituée l'an dernier par la France et le Costa-Rica, et qui réunit désormais 83 pays.

Cette séquence a également été l'occasion d'annonces sur l'objectif de 30% d'aires marines protégées à l'horizon 2030. Ainsi, Emmanuel Macron a-t-il fait part de la signature, le jour même, du décret portant extension de la Réserve naturelle des Terres australes, atteignant désormais 1,6 millions de km2, permettant à la France d'atteindre - et même de dépasser - cet objectif. Ne voulant pas être en reste, le Président de la Polynésie française a assuré, pour sa part, vouloir créer une aire marine protégée de 500 000 km2 au Sud-Ouest de l'archipel, se portant par ailleurs candidat pour l'organisation en 2023 d'un One Island Summit à Tahiti, immédiatement approuvé par le Président de la République. Beaucoup d'observateurs soulignent néanmoins que les objectifs quantitatifs sont une condition nécessaire mais pas suffisante, dépendant en fait des mesures de conservation et de gestion réellement prises dans les espaces déclarés protégés.

L'enjeu principal restait néanmoins l'obtention d'un accord, en mars prochain à New-York, lors de la Conférence sur la biodiversité dans les eaux internationales. C'est à Ursula Van der Leyen, présidente de la Commission européenne, qu'est revenu le privilège d'annoncer la création de la Coalition sur la haute mer agrégeant aux 27 États de l'Union, 13 autres pays maritimes désireux collectivement de faire adopter un traité.

La deuxième séquence portait sur la lutte contre la pollution, en particulier celle provoquée par les matières plastiques. Là encore, l'objectif est de parvenir, à la fin du mois à Nairobi, à un accord dans le cadre de l'Assemblée des Nations-unies pour l'environnement... Au-delà de ces grands engagements internationaux, d'autres mesures moins spectaculaires mais plus concrètes participent à ce processus, comme la fermeture annoncée d'une trentaine de décharges littorales en France dont trois dès cette année.

La troisième séquence était vouée au réchauffement climatique, dont les océans absorbent une partie des effets mais qui en subissent aussi les conséquences. C'est une initiative privée qui a retenu l'attention avec la constitution du label européen Green Marine Europe rassemblant 22 armateurs européens, représentant plus de la moitié du commerce maritime mondial par conteneurs, décidés à décarboner le transport maritime.

Enfin, la séquence de la gouvernance a surtout été l'occasion d'évoquer l'importance de la contribution scientifique. L'UNESCO s'est ainsi engagée, à l'horizon 2030, à cartographier 80% des fonds océaniques, contre seulement 20% aujourd'hui.

A l'issue de ce sommet, comme souvent en pareil cas, chacun verra, selon ses propres analyses, le verre d'eau (de mer) à moitié vide ou a moitié plein. Tous les yeux se tournent désormais vers le Portugal et l’Égypte, tous deux représentés par leurs Présidents respectifs, le premier parce qu'il accueillera en juin à Lisbonne la Conférence des Nations-Unies sur les océans et la seconde parce que s'y tiendra en novembre, à Charm el- Cheikh, la 27ème conférence des parties (COP 27) de la Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques et, par conséquent, principaux lieux de concrétisation des ambitions affichées à Brest.

Pour Humanité et Biodiversité, il ne reste donc plus qu'à espérer que se réalise le proverbe africain cité par Charles Michel, Président du Conseil européen, dans son propos conclusif : « Ce que ma bouche dit, mon bras le fait ».

Les appréciations d'autres ONG sont plus virulentes, on peut les comprendre, mais nous essayons d'avancer pas à pas, avec l'impatience d'un réformisme qui veut néanmoins aller vite sans se satisfaire de posture... confortable ou désespérée.

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Vie institutionnelle et politique Espèces menacées Artificialisation Climat
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
L'Écho n°120 "Déterrage du blaireau : stoppons le massacre !"

L'Écho n°120 "Déterrage du blaireau : stoppons le massacre !"

Les adhérents d'Humanité et Biodiversité viennent de recevoir L'Écho n°120, édition estivale de...

31 juillet 2020
L'Écho n°118 : PAC, une opportunité à ne pas manquer pour la biodiversité !

L'Écho n°118 : PAC, une opportunité à ne pas manquer pour la biodiversité !

C'est quoi la Politique Agricole Commune ? Pourquoi la réforme de la PAC est-elle décisive pour...

5 mars 2020
Atlas de la Biodiversité Communale (ABC)

Atlas de la Biodiversité Communale (ABC)

Le 4ème appel à manifestation d’intérêt lancé par l’OFB L’Office Français de la...

22 juillet 2020
L'Écho n°119 spécial rapport d'activité 2019

L'Écho n°119 spécial rapport d'activité 2019

Au cours de l'année 2019, de nombreux évènements ont confirmé, hélas, le bienfondé des analyses...

21 juillet 2020
Pour que vive la Nature

Pour que vive la Nature

Le guide pour Agir de 14 ONG de protection de la BiodiversitéCe vendredi 22 mai 2020, journée...

20 mai 2020
Lancement de l’Office Français de la Biodiversité

Lancement de l’Office Français de la Biodiversité

Poursuivez ici selon votre inspiration...À Chamonix, en Haute-Savoie, le 13 février 2020, le...

14 février 2020