POPULARITÉ
6566

Il est temps de revoir nos préjugés, estime Hubert Reeves.

Éditer
Publié dans
le 17.08.14
Cadretextereferent1-2_2

Une tradition, qui date sans doute de la proverbiale nuit des temps, considère l'humanité comme le chef-d'oeuvre de la création. Aux animaux, perçus comme des êtres inférieurs, on associe des attributs dévalorisants : ils sont dits "stupides", "sans intelligence", ou tout simplement "bêtes". Le mot parle de lui-même. On va plus loin en leur collant des comportements méchants : "se conduire comme une bête", "une cruauté bestiale".

Les observations de la science qui étudie le comportement animal, l'éthologie, nous ont amplement montré l'ineptie de cette vision du monde animal. Les manifestations géniales du comportement de certains animaux (abeilles, fourmis, dauphins, corneilles, pieuvres, etc.) nous révèlent l'existence de formes d'intelligence animale stupéfiantes. De même, la notion de méchanceté attribuée à certaines espèces animales (tigres, crocodiles, etc.) est totalement déplacée et n'a rien à voir avec la méchanceté manifestée par les humains : torture, oppression, sadisme. L'écrivain anglais George Bernard Shaw écrit :"Quand un tigre tue un homme, on crie à l'horreur ; quand un homme tue un tigre, on parle de sport."

Nous-mêmes, des animaux

Ces changements dans notre vision du monde devraient s'accompagner d'une révision du vocabulaire. Il conviendrait, pour chacun, d'exclure de ses écrits et de ses paroles les termes "se conduire comme une bête", "une cruauté bestiale". Les mots utilisés dans la vie courante sont passibles d'affecter insidieusement les modes de pensée et les comportements.

Notons pour terminer que, grâce à Darwin, nous avons appris que nous sommes, nous-mêmes, des animaux. Et en fait, nous sommes les seuls à pouvoir manifester de la cruauté…

Publié là: http://www.lepoint.fr/invites-du-point/hubert-reeves/reeves-se-conduire-comme-une-bete-le-propre-de-l-homme-16-08-2014-1854307_1914.php

Commentaires

2
2014-08-17 16:44:16 +0200

De Elisabeth de Fontenay:
"On dit même de certains crimes qu’ils sont bestiaux... Cette façon de parler est scandaleuse. Car les bêtes les plus cruelles sont innocentes. ..."
Extrait de son interview dans ELLE

2

2
2014-08-17 19:50:04 +0200

En prolongement de cet article, une hypothèse pourrait s'en extraire. Il est indéniable que l'être humain est le seul animal pourvu d'une vision globale de la planète et de son écosystème. Il possède aussi un fort sens de l'esthétisme ( et donc de la beauté, quand il s'en donne les moyens). Nous pourrions donc nous considérer comme un jardinier.

Une forêt non entretenue est impraticable, les végétaux poussent anarchiquement et certaines essences et espèces prennent le "dessus" sur d'autres. Une forêt entretenue par un bon garde forestier est le ravissement de tous, et chaque espèce peut y prospérer. C'est un véritable trésor.

Cette place que l'être humain a tant de mal à trouver sur terre est peut être celle d'un être qui se sait différent mais qui assume avec humilité son rôle.

Etre différent ne signifie pas forcément supérieur ou inférieur.

2

2
2014-08-17 20:38:38 +0200

A mitryline. Nous vous suggérons de lire les publications sur le thème de la fotêt et la position de notre association
http://www.humanite-biodive...

2

4
2014-08-22 21:33:17 +0200

Hubert Reeves nous rappelle des évidences qu'il est bon de ne pas oublier et qu'il faut colporter dans les écoles ... et les foyers!

4

4
2014-08-23 11:53:31 +0200

Ce commentaire de Hubert Reevesremet les choses à leur place. Ainsi, il y a abus de langage lorsque les "islamistes du khalifat" sont assimilés à des bêtes lorsqu’ils enterrent vivants des croyants à une autre religion: alors l'homme, dans sa barbarie, dépasse les animaux.

4

2
2014-08-24 21:14:54 +0200

Les animaux ont leur intelligence, celle que l'on peut voir avec le cœur car ils n'ont pas la barrière du mental comme les humains : ils ressentent tout simplement ce qui émane de l'amour ; ILS SONT VRAIS.

2

1
2014-08-26 10:28:09 +0200

En aiguisant nos consciences, nous pouvons changer nos paradigmes et telle la fleur de lotus, puiser dans nos boues, les transformer et muter vers une forme plus élaborée, vibrante et pleine de gratitude pour la nature dont nous ne sommes qu'une partie infime.

1

2
2014-09-21 11:35:27 +0200

J'avais lu un livre de Jean-Marie Pelt sur lequel un paragraphe portait sur les très nombreux proverbes dégradants pour les animaux qui circulent en France, avec une différence importante par rapport aux autres pays. Pour exemple "il s'est comporté comme un chien", "c'est vache de lui faire ça" , "que tu es bête", "tête de linotte", "cervelle d'oiseau", "espèce de rapace", il y a bien d'autres expressions à tonalité péjorative...Je fais l'effort de les éradiquer de mon vocabulaire aussi, avec parfois quelques ratés.

2

0
2017-05-03 12:58:15 +0200

L'intelligence est propre à l'univers. Simplement elle se diversifie selon les genres et les espèces. L'intelligence animale, la nôtre donc, a ceci de particulier qu'elle permet de se démarquer du reste, car le temps et l'espace imparti n'est pas le même. Quoiqu'il en soit, puisque l'intelligence permet d'interpreter son environnement et de s'y adapter, le moins que l'on puisse dire en la matière, c'est que l'Homme a mal interprété la sienne. Il en a détourné par son génie et par les bienfaits qu'il en a tiré, un outil destiné à son seul bénéfice. Or l'essentiel de l'intelligence naturelle est de faire partie d'un ensemble. Ce perpétuel déséquilibre de l'Univers en recherche permanent d'un équilibre qui ne peut être que temporaire, du fait de l'évolution du temps et dans l'espace, devrait rendre notre espèce beaucoup plus humble, plus prévoyante, plus sensée. Voilà donc un challenge formidable à engager, quand on fait le point aujourd'hui de notre situation et de nos prétentions.
L.Y.S

0

0
2020-05-03 10:54:44 +0200

Je voudrais re-situer cette opposition entre l’humain et l’animal dans le contexte historique, particulièrement pour l’histoire de France. En effet ce n’est qu’au XIXème siècle que nous avons installé cette opposition entre l’homme et la nature. Rappelez-vous les procès qui étaient faits aux ânes, porcs... à l’époque médiévale !
Ce que vous posez comme une sorte de situation intemporelle ne l’est pas.
Les animaux n’avaient pas d’âme, mais les filles non plus.

0

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. . Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. . Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’éro...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 785131
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 364090
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 154386
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 220790
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 41600
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 291645

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy