POPULARITÉ
4

La belette, un petit prédateur

Éditer
Belette_3_light

Article mis à jour le 14/05/2020

Biologie 

Le plus petit carnivore d’Europe, la Belette (Mustela nivalis Linné) mesure 16 à 19 cm pour la femelle, 18 à 22 cm pour le mâle. La queue est plus longue chez le mâle: 50 à 65 mm, pour 40 à 55 mm chez la femelle. Le poids moyen varie de 60g (femelle) à 110g (mâle).

Le corps est brun roux sur le dessus, blanc dessous, la ligne de démarcation irrégulière. Elle a des cris aigus pour donner l’alarme, perçants pour intimider. L’accouplement a lieu au printemps, la gestation dure 5 à 6 semaines, et les petits naissent en été.

Le nombre des jeunes est souvent fonction de la quantité de petits rongeurs qui constituent le fond de sa nourriture. Il peut être de 8, voire de 10 lors des “années à campagnols”. Son gîte, garni de poils et de plumes, se situe sous un tas de pierres, dans un trou de mur, une souche d’arbre, ou une meule de foin. C’est un animal alerte, rapide, prompt à se couler dans une galerie de rongeur, se dressant parfois à la verticale pour observer les alentours.

Elle fréquente les lisières de bois, les haies, les talus, les buissons, les broussailles, les villages et les hameaux, les montagnes, et les plaines céréalières où pullulent les campagnols. Son territoire varie de quelques ares à 2 hectares. Son activité est quasiment autant diurne que nocturne.

Alimentation 

La belette consomme principalement de petits rongeurs (campagnols, mulots, entre autres). Elle complète ce régime par de petits serpents et des oiseaux, des œufs, parfois des lapins et, rarement, des batraciens. Son physique est idéalement adapté pour poursuivre les rongeurs jusque dans leurs terriers et galeries. Ses courtes pattes, son corps svelte et sa tête étroite lui permettent de se glisser dans les crevasses et fissures les plus étroites, interdisant tout refuge à ses proies.

"Les rongeurs constituent invariablement la proie principale de la belette" Encyclopédie des carnivores de France.

La belette est "effectivement inféodée aux petits rongeurs et, en particulier, sous nos contrées, ...au campagnol des champs...Les petits rongeurs représentent presque la totalité des proies consommées (58 à 99%) ..." Bulletin mensuel n°98 de l’Office National de la Chasse.

"Si elle s’approche des basses-cours, c’est pour capturer les rongeurs attirés par les graines, et non les volailles." J. J Barloy, Docteur ès sciences.

"En tant que naturaliste mais aussi chasseur, j’ai proposé son déclassement (de la liste des nuisibles) en me fondant non seulement sur mes nombreuses observations mais surtout sur des études scientifiques..." J L Barrailler - Revue nationale de la chasse, avril 1991.

Cette unanimité est malheureusement contrebalancée par celle de chasseurs et de piégeurs niant les travaux scientifiques et faisant la part belle aux croyances et préjugés. Aujourd'hui, la belette est encore considérée comme "animal susceptible d’occasionner des dégâts" (anciennement "nuisible") dans un certain nombre de départements. Mais en 2017, le conseil d’Etat a annulé l’arrêté de classement des espèces "nuisibles" pris en 2015 et contre lequel Humanité et Biodiversité avait déposé un recours commun. Suite à cette annulation, la belette peut vivre paisiblement en Moselle.

La Belette dans votre Oasis Nature 

La Belette, du fait qu'elle chasse les campagnols et les mulots, est un précieux auxiliaire bien qu'elle n'épargne ni les oiseaux, ni les œufs, ni les jeunes lapins. Si l'Oasis Nature abrite un poulailler, il doit être conçu pour empêcher les intrusions nocturnes. Mais les belettes ne s'en prennent généralement pas au poulailler du domaine qu'elles habitent. Les tas de pierre ou de fagots de bois leur offrent des abris. Les haies, murets et broussailles de l'Oasis Nature sont également appréciés.

Mais y-a-t-il des problèmes qui soient imputables à la Belette ? Il est démontré qu’elle ne peut en aucun cas commettre de dommages à la faune sauvage. Il en est de même en ce qui concerne les volailles dans les basses-cours.

"Le fermier qui tend dans les fossés des belettières pour détruire la prétendue vermine est un inconséquent qui extermine ses auxiliaires naturels" A Brosset, Museum National d’Histoire Naturelle.

Le rôle de prédateur de micro-mammifères est très positif au point que c’est la destruction de la belette qui entraînerait des problèmes. L’absence de prédation profiterait aux mulots et aux campagnols. La pullulation de ces rongeurs serait un fléau pour l’économie rurale. Ainsi, la présence de belettes est à considérer de manière sereine et réfléchie.

Voir l'article sur les auxiliaires du jardin


Voir les articles liés aux petits prédateurs :


Le Blaireau


La Fouine


L'Hermine


La Martre


Le Putois


Le Renard


Je crée mon Oasis Nature !

Accueillez la biodiversité chez vous en transformant votre jardin ou balcon en Oasis Nature !

Commentaires

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. . Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. . Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’éro...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 785164
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 364198
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 154397
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 220792
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 41601
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 291646

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy