POPULARITÉ
63

Pas de trèfle sans bourdons !

Éditer
Publié dans
le 05.03.12
Cadretextereferent1-2_2

Quand une histoire de pollinisation permet de montrer que l’agriculteur a besoin des bourdons !

Le trèfle  est essentiellement pollinisé par les abeilles et les bourdons. Et les scientifiques ont montré que le bourdon est pour cette espèce végétale le meilleur pollinisateur : les ouvrières de bourdon à langue longue sont ainsi  2,5 fois plus efficaces que les abeilles pour polliniser le trèfle.

Dans les années 70, dans le Val d’Authion (en Anjou), on a constaté une baisse de la production de graines de trèfles. Ces baisses se faisaient dans les parcelles ayant subies le remembrement, c’est-à-dire qu’on avait arraché les haies et talus bordant les champs.
Or les reines de bourdons ne peuvent hiverner dans les labours de terre nue des champs cultivés, pour hiverner elle sont en effet besoin d’abris qu’elles trouvent  sur les talus des haies, sous la mousse, dans les arbres creux. Par ailleurs, au début du printemps elles se nourrissent du nectar des fleurs sauvages poussant dans la haie. En clair, si vous supprimez la haie, vous supprimez le bourdon.

C’est ainsi que dans les zones remembrées la densité de bourdons est tombée à moins de 20 par 100m2 alors que dans les zones ayant gardé les haies elle peut être de plus de 40.

Conséquence, la pollinisation se fait moins bien et la production de graines chute à 200kg/ha alors qu’elle peut atteindre 1000kg/ha lorsque la densité de bourdons est optimale.
Cela avait d’ailleurs été observé en Angleterre dès 1962 une étude ayant montré qu’un champ entouré de forêt pouvait produire dans les 760 kg/ha alors qu’en zone d’openfield, c’est-à-dire de champs sans haies, les rendements étaient de 125 kg/ha.

Mais l’histoire n’est pas finie. Pour suppléer la chute de rendement, une nouvelle variété de trèfle a été utilisée, ayant des feuilles plus longues elle produisait plus de biomasse. Oui mais sa corolle aussi était plus longue si bien qu’il n’est restée qu’une espèce de bourdon ayant la trompe assez longue pour butiner cette fleur…et comme si cela ne suffisait pas les bourdons à trompe courte bien embêtés de ne plus accéder au nectar ont développé une adaptation particulière : pour accéder au nectar ils se sont se sont mis à percer la base des fleurs…d’auxilliaire des cultures, ces bourdons sont devenus ravageurs…et le trèfle miracle a vu la production tombé à 80kg/ha.

En clair pour assurer une bonne production de trèfles mieux vaut faire équipe avec le bourdon donc avec la biodiversité que d’essayer de la contourner !

Cette histoire est issue d’un article de Jean Claude Lefeuvre, professeur émérite au Muséum d’Histoires Naturelles que vous pouvez retrouver ici.

Commentaires

1
2012-04-01 17:19:22 +0200

Lu récemment dans la presse (Le Monde) que le bourdon sauvage est en déclin en Ecosse. Des biologistes de l'Université de Stirling ont constaté que les nids contaminés par un insecticide contenant comme matière active l'imidaclopride, produisent 85% moins de reines que les colonies témoins...

1

1
2012-04-01 17:27:31 +0200

La recherche française livre des résultats concernant les abeilles
à lire sur le site de l'INRA http://www4.inra.fr/sante-p...
Faire équipe avec les bourdons et plus largement les insectes pollinisateurs nécessite la réduction des pesticides et sans doute le retrait total de certains...

1

0
2012-08-22 15:14:04 +0200

j'ai repéré quelques beaux spécimens au jardin où nous avons beaucoup de trèfles aussi

0

1
2013-03-11 12:51:24 +0100

A props de bourdon...
http://www.pourlascience.fr...

1

1
2013-03-11 13:22:26 +0100

aucun pesticide chez nous, ni engrais. Ici, on respecte la nature et on utilise les purins de plantes pour booster, si nécessaire, certaines cultures.

Quoi qu'il en soit, observer le bal des abeilles et des papillons fait partie intégrante du plaisir du jardinier. Alors, il est normal de les préserver, tout comme les plantes et les sols, de toute pollution chimique

1

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. . Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. . Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’éro...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 785147
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 364141
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 154388
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 220790
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 41600
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 291645

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy