POPULARITÉ
205

Un projet de loi qui va à l’encontre de la gestion durable des forêts

Éditer
Publié dans
le 21.03.14
6572547-tribune-hubert-reeves-et-francis-halle-appellent-a-defendre-la-foret

Paris, le 21 mars 2014 : en cette journée internationale des forêts, Humanité et Biodiversité ne peut que déplorer l’absence de vision multifonctionnelle de la forêt dans le titre V du projet de loi d’avenir agricole et forêt porté par le gouvernement.

Une occasion ratée

La forêt est l’un des champs d’action à privilégier pour réussir la transition écologique, par son essence même elle permet de concilier les trois piliers du développement durable. Pourtant, en l‘état, le projet de loi passe à côté du sujet en privilégiant les seuls intérêts économiques, et en oubliant les aspects tant environnementaux que sociaux. Le caractère multifonctionnel de cette dernière est ainsi remis en cause.

Une garantie de gestion durable des forêts insuffisante

La gestion durable des forêts ne peut reposer uniquement sur des considérations économiques. C’est pourtant ce que prévoit le projet de loi dans sa version actuelle en faisant reposer cette gestion durable sur la mise en œuvre d’un programme de coupes et travaux, or ces derniers ne contiennent pas de critères environnementaux précis. Nous aimerions qu'il soit fait en sorte que les documents de gestion prévoient des mesures et engagements concrets au profit de la biodiversité forestière (objectifs chiffrés en terme de d'arbres favorables à la biodiversité, de bois morts, âges et diamètre d'exploitabilité, zones en réserve…).

Vers des paiements pour services environnementaux sans contrepartie

Actuellement, le code forestier précise que les contreparties offertes aux propriétaires forestiers pour les services environnementaux rendus par leurs parcelles forestières sont conditionnées à l’existence de contraintes ou de surcoûts d’investissement ou de gestion. Ce qui correspond à l’esprit même de ce que sont les paiements pour services environnementaux. Avec ce nouveau projet de loi, on assiste à un dévoiement puisqu’il ouvre la possibilité de verser des aides financières aux propriétaires sans que ces derniers n’engagent d’actions positives en faveur de la fourniture de ces services (préservation, restauration du milieu…).

La dimension sociale de la forêt, délaissée du projet de loi

Au-delà de ces équilibres à trouver entre économie et environnement, la question qui se pose est celle de la place que l’on souhaite donner aux forêts dans notre société. C’est une question qui concerne l’ensemble des composantes de la société, encore faut-il qu’elles puissent s’exprimer, la loi ne le prévoit pas. Les avis défavorables donnés au projet par le Comité national trame verte et bleue et le Conseil national de la chasse et de la faune sauvage témoignent de l’actuelle insuffisance de la concertation en matière forestière. Une réforme des instances de gouvernance forestière nationales et locales, par un rééquilibrage de leur composition, est devenue indispensable.

Il est encore temps d’améliorer les choses !

Il ne tient qu’aux parlementaires de rehausser l’ambition du projet de loi, et de s’assurer que le développement encouragé de l’exploitation forestière ne se fasse ni au détriment de la biodiversité forestière et des services qu’elle rend, ni au détriment de ses usagers. Une forêt multifonctionnelle et modèle d’une politique respectant les 3 piliers du développement durable est possible. C'est cette multifonctionnalité qui permettra d'affronter les changements globaux notamment climatiques, et non la spéculation sur l'accroissement ligneux. Cette dernière conduit inexorablement à une course à plus d'intrants et à l’uniformisation de peuplements sans grandes aménités, dont l’absence revient à transférer les coûts aux générations futures. La forêt est un patrimoine cher au français, faisons en sorte qu’il le reste.

Commentaires

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. . Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. . Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’éro...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 783497
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 347770
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 137411
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 218366
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 41476
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 290615

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy