POPULARITÉ
991

L’important, c’est la ronce !

Éditer
Mures

En cette fin d'été, agrémentons nos promenades dans la nature d’une cueillette sympathique : celles des mûres ! En plus d'éveiller nos papilles, la mûre, fruit de la ronce, est aussi d’un très grand intérêt pour la biodiversité. D'ailleurs, les ronces constituent elles-mêmes une très grande biodiversité d’espèces et de types. Intéressant pour votre Oasis Nature !

Mûres, ronces... de quoi parle-t-on ?

La mûre désigne deux fruits :

• la mûre, fruit des mûriers (Morus sp.), famille des moracées ;
• la mûre, mûron, meuron ou mûre sauvage, fruit de la ronce (Rubus sp.), famille des rosacées.

La ronce est un arbuste épineux, rampant, lianescent de la famille des Rosacées et du genre Rubus (comme le framboisier) qui pousse dans les haies et dans les bois et qui porte un fruit assez semblable à une petite mûre et appelée pour cette raison mûre sauvage. Ce fruit est appelé en Suisse romande, en Haute-Savoie ainsi que dans le Nord-Pas-de-Calais « meuron ». Botaniquement parlant, le genre Rubus est très problématique et les espèces sont très difficile à déterminer.

Les mûres sauvages sont précédées de leurs fleurs, blanches ou blanc rosé, de deux à trois centimètres de diamètre, regroupées en corymbes ; elles ont cinq sépales, cinq pétales et de nombreuses étamines. Les ronces fleurissent de mai à août et sont pollinisées par les insectes.

La mûre est de couleur noir bleuâtre à maturité, vers septembre. C'est un fruit composé formé de l'agrégation des carpelles modifiés et transformés en petites drupes (drupéoles) qui restent adhérentes au réceptacle floral. Les ronciers fructifient de juillet à octobre et leurs fruits sont dispersés par les animaux, notamment les oiseaux.

Les ronces, alliées indispensables de la biodiversité

Avec quelques 700 espèces, les ronces sont réparties de part le monde entier. Abritant de façon temporaire ou permanente de nombreuses espèces animales comme les insectes, arachnides, oiseaux ou petits mammifères, les ronces jouent un rôle important dans la conservation de la biodiversité.

La ronce est présente partout en France. Il en existe plusieurs espèces telles la ronce bleuâtre (Rubus caesius), absente en Corse, et ainsi dénommée à cause de la couleur de ses tiges. Mais l'Ile de beauté peut se consoler avec la ronce à feuille d’orme (Rubus ulmifolius) bien présente en zone méditerranéenne. La ronce des rochers (Rubus saxatilis) est quant à elle assez commune dans nos montagne avec quelques inattendues stations dans l’Oise et en Haute Marne. La plus rencontrée reste la ronce des bois (Rubus fruticosus).

Les ronces se rencontrent fréquemment jusqu’à 1 600 m dans les bois, les lisières forestières, les friches, et sont plus rares en zone méditerranéenne sauf la ronce à feuilles d’orme. Elles apprécient les sols légèrement acides à acides, surtout limoneux mais aussi sableux ou graveleux. C’est une espèce qui tolère l’ombre mais ne fructifie qu’en plein découvert. Les ronces se reproduisent très facilement par marcottage, dragonnade et bouturage naturels.

Elles sont très appréciées des cervidés ainsi que des chèvres (pastoralisme). La ronce est une plante mellifère (surtout la ronce des rochers) ! De nombreux insectes et papillons sont inféodés aux ronces comme le Bombyx de la ronce, l’Hermine de la ronce, le Phalène de la ronce. Abeilles et autres insectes trouvent aisément en abondance pollen et nectar et ce, sur une longue période. Les ronciers sont donc vitaux pour le maintien des pollinisateurs eux-mêmes indispensables à la survie et la dissémination d’autres espèces végétales. Lapins et lièvres élisent sous les ronciers terriers et gîtes les protégeant des prédateurs. L’abondance des fructification de mûres assure un bon taux de survie des populations de merles, rouge-gorges et autres sylviidés comme les fauvettes (Bernard Frochot, 1971).

La ronce, nourricière de la faune à bien des égards mais aussi gîte protecteur, peut protéger la régénération des arbres comme le chêne (la ronce est le berceau du chêne…). Elle constitue un stade végétatif transitoire qu’il est parfois nécessaire de maîtriser pour éviter un étouffement des arbres. Les ronciers qui s’installent spontanément ou que l’on favorise représentent des milieux utiles aux animaux. Outre leur rôle cultural (élagage ou gainage, amélioration de l’humus), ils sont un garde-manger pour les petits mammifères comme les lérots, les loirs et les muscardins, ainsi que de très nombreux oiseaux.

De l'assiette à la peau en passant par la protection des sols, les ronces ont de multiples bienfaits

C'est exclusivement la mûre de ronce ou des cultivars de ronces qui est utilisée pour la confection bien connue de sirops, confitures, gelées, sorbets et autres desserts ainsi qu’en confiserie. Le mélange dénommé « fruits des bois » est constitué de myrtilles, framboises, fraises des bois et mûres de ronce. Bien pourvue en vitamines et minéraux, elle présente un apport particulièrement élevé en pigments aux propriétés antioxydantes. En Chine, les fruits de Rubus xanthocarpus en font un vin réputé. Petite baie juteuse au goût acidulé et sucré, la mûre se mange surtout telle quelle, grignotée par des générations d’enfants et grands au bord des haies sauvages. Fruit gourmand par excellence, la mûre est également cultivée. Plus douce et plus sucrée, la mûre de culture offre, elle aussi, tout un panel de saveurs.

En pharmacopée traditionnelle, les feuilles et jeunes pousses séchées de la ronce sont utilisées en tisane pour soigner les inflammations de la gorge, les diarrhées, prévenir différents maux comme les caries dentaires. Mais ces différents effets thérapeutiques n'ont pas été à ce jour prouvés scientifiquement.

En dermatologie, la ronce régule la production de sébum.

La ronce a aussi un rôle non négligeable contre l'érosion des sols ! Grâce à son système racinaire très dense et à ses nombreuses tiges, elle ralentit fortement le ruissellement de l’eau. De même, la forte production et la décomposition rapide des feuilles et branches mortes des ronciers améliorent sensiblement la qualité des sols (La Fouchardière, 1959). La présence des ronces permet de revégétaliser un terrain abandonné en protégeant les autres végétaux et permettant la réinstallation rapide d’une biodiversité.

Optez pour un roncier dans votre Oasis Nature !

L’installation de ronce dans une Oasis Nature peut sembler saugrenue mais sera d’un apport non négligeable pour la biodiversité.
De surcroît, la très grande diversité des espèces, variétés et des cultivars de ronces apporte à une Oasis Nature touches de couleur, fructifications en abondance et évite les inconvénients des ronces (variétés inermes - sans épines sachant que les espèces épineuses sont très utiles pour former des barrières naturelles !).

On notera parmi une immense diversité, les espèces, variétés et cultivars suivantes.

Notons également l'existence de deux hybrides inermes :
- Rubus X loganobaccusis ou loganberry : hybride de ronce et de framboisier découvert en 1881 dans le jardin du juge Logan en Californie.
- Rubus fruticosus x R. idaeus ou Tayberry : croisement entre une ronce à fruits noirs et une à fruit rouge, hybride né au bord de la rivière Tay en Ecosse.

La ronce peut vite devenir envahissante. Pour la limiter, utiliser sans oublier une paire de gants, un coupe-souche et couper toutes les branches qui prospèrent autour des ronciers à ras du sol (elles ne se reproduiront pas et disparaîtront petit à petit). Passer la tondeuse le plus souvent possible à proximité pour que l’herbe et le gazon remplacent les ronces.


Je crée mon Oasis Nature !

Rejoignez notre réseau de membres engagés pour la nature et accueillez la biodiversité chez vous en transformant votre jardin ou balcon en Oasis Nature !

Commentaires

1
2020-09-11 23:41:03 +0200

J'adore les ronciers mais mes voisins, amis et autres restent songeurs devant mon énorme roncier. La ronce fait peur....Comment les convaincre?
Ceux qu'il faudrait convaincre aussi se sont les employés municipaux qui privé de leur insecticides se défoulent avec leurs machines effrayantes et polluantes....

1

1
2020-09-12 01:16:51 +0200

J'ai un peu le même problème Mum. On pourrait s'inspirer de cet article notamment pour ses bienfaits pour la protection des sols et des espèces et l'envoyer à nos mairies. Par ailleurs, je pense que Gilbert Bécaud aurait aimé le titre!

1

0
2020-09-12 23:56:01 +0200

Oui je me suis inscrite dans une association qui défend la biodiversité dans notre village, c'est tout nouveau, et je pense que vous avez raison Zena je vais vraiment m'appuyer sur cet article et essayer de convaincre.....Il faut absolument que nous redécouvrions toutes ces plantes sauvages que l'on nous a "vendu" comme mauvaises herbes pour aider à la réinstallation de la biodiversité.

0

1
2020-09-14 10:21:34 +0200
1

1
2020-09-14 11:32:19 +0200

Paroles de la chanson
Les ronciers
par Michel Fugain

On cueillait des mûres sur les ronciers
Au bord de l'Isère
On cueillait des mûres et des baisers
Encore un peu verts
On regardait les filles, les filles riaient, souriaient
Sous leurs jupes joncquille, les fruits de l'été, s'éveillaient

On cueillait des mûres sur les ronciers
Au bord de l'Isère
Et si les ronces ou l'amour piquaient
La belle affaire !

C'était l'âge où l'on remplissait
Nos premiers cendriers

On rêvait de vivre
Sans se plier
Histoire de se distinguer

C'était l'âge où l'on se soûlait
De toutes les idées !

On cueillait des mûres sur les ronciers
Après le ciné
Ces vieux films en noir et blanc mais faits
Comme on les aimait
On parlait pour les filles, les filles écoutaient, à
côté
Il fallait que l'on brille pour les approcher, de plus près

C'était l'âge où l'on refaisait

Le monde qu'on voulait
Le sourire aux lèvres
Pour mieux cacher
Qu'un jour tout allait changer

C'était l'âge où l'on attendait
L'avenir qui venait

On cueillait des mûres sur les ronciers
Au bord de l'Isère
Et si les ronces ou la vie piquaient
La belle affaire !

Il n'y a plus de mûres ni de ronciers
Au bord de l'Isère

1

1
2020-09-15 15:51:25 +0200

La poésie et la réalité,
Plus de ronciers au bord de l'Isère, plus de vie, ce pourrait être une métaphore bien triste pour l'avenir de l'homme.
Le glyphosate n'aime pas les ronces !!!!
LE GLYPHOSATE N'AIME PAS LES HOMMES !!!
La définition de la sottise c'est de se moquer de ce qui nous met en danger.
Il faut aimer les ronces et la poésie et maudire le glyphosate si l'on a un tant soi peu de raison.
Il faut interdire aux agriculteurs l'usage du glyphosate, herbicide létal.
Ce n'est pas de la poésie, mais juste la seule condition pour sauver des VIES et continuer à manger des mûres sauvages.

1

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. . Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. . Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’éro...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 783626
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 365988
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 143093
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 220214
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 41521
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 291600

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy