POPULARITÉ
236

La Primevère officinale : un coucou fleurit pour le printemps

Éditer
33481268574_e625411abc_o-flickr-light

Primevère officinale (Primula veris)

Taille : jusqu'à 25 cm
Floraison : au tout début du printemps, les grappes de fleurs jaunes se repèrent facilement
Qualités : plante vivace aux feuilles persistantes ou semi-persistantes
Rusticité : -20 °C et plus

"Coucou, le printemps arrive à grands pas !" Voilà ce qu'annonce la primevère officinale lorsqu'elle pointe le bout des pétales. Celle qu'on appelle communément "coucou" est originaire du Nord et du centre de l'Europe, mais on la retrouve aussi au nord de l'Asie où elle peut pousser jusqu'à une altitude de 2 000 m.

Primula est un genre botanique complexe de plantes herbacées de la famille des Primulacées, incluant plusieurs groupes et de nombreux hybrides. Le marché offre une grande variété de cultivars aux formes et couleurs multiples.
Primula veris, la primevère officinale, et Primula vulgaris, la primevère commune des jardins, sont assez difficiles à distinguer. On les différencie par le jaune plus foncé de Primula veris et du point orangé à la base de chacun de ses pétales. Primula vulgaris est rustique, possède un feuillage semi-persistant et a des fleurs plus grandes et d'un jaune plus pâle avec le centre foncé.

Quelle est cette plante qui annonce l'arrivée du printemps ?

Mais revenons à notre primevère officinale. Primula veris est une plante vivace qui offre une floraison printanière et qui mesure une vingtaine de centimètres. Elle pousse dans les prairies, dans les chemins de forêts de feuillus, et uniquement sur des sols calcaires. Elle possède une rosette de feuilles de forme oblongue. Les feuilles gaufrées et velues sont plaquées vers le sol. Ses fleurs jaunes en ombelles sont portées à l'extrémité d'une tige. La floraison intervient au printemps, en grappes de 10 à 30 fleurs. Chaque fleur, hermaphrodite, mesure 9-15 mm de large.

Le fruit est une capsule ovale sortant légèrement du tube. La dispersion des graines par myrmécochorie (les graines sont prises activement entre les mandibules des fourmis qui favorisent leur dispersion) est rendue possible par la présence sur celles-ci d'un élaïosome (excroissance charnue attachée aux graines) recherché par les fourmis.

La Primevère officinale et les Humains

Les primevères sauvages, Primula elatior et notre Primula veris sont également connues sous le nom de coucous. Le nom scientifique primulus est un diminutif du latin primus, « premier », allusion au fait que ces fleurs sont parmi les toutes premières à apparaître au printemps. Le nom vernaculaire a le même sens : primevère dérive d'une forme latine tardive prima vera, formée de prima, « premier » (au féminin), et de vera, « printemps » (en latin classique, ver, veris)

La primevère officinale revêt de très multiples noms selon les régions, parfois appelée la brérelle, le coqueluchon, le coucou (surtout dans le Gresivaudan), l’herbe à la paralysie, l’herbe de saint Paul, la primerolle, la primevère de printemps ou la printanière et la primevère vraie.

  • Un peu d'Histoire :

Déjà connue à l'époque de Pline l'Ancien (23-79 apr. J.-C.), la primevère officinale était exploitée dans des onguents et des préparations pour les rhumatismes. Elle était surnommée « fleur-clef », à cause de la forme de ses grappes de fleurs tubulaires jaunes qui font penser à un trousseau de clés.
Dans la tradition chrétienne, les coucous représentaient la fleur qui ouvrait la porte du royaume des cieux.
Anciennement réputé pour préserver la beauté, l'herboriste anglais William Turner indique qu'au XVIe siècle, les femmes en extrayaient des préparations pour le visage afin d'effacer leurs rides.

En ancien français, la premevaire ou primevoire désignait la plante devenue « primevère » au XVIe siècle. En italien et en espagnol, le nom de cette fleur, primavera, veut aussi dire « printemps », époque où a lieu sa floraison.

  • En salade, en soupe ou en friture, la primevère peut se manger sous toutes les formes !

Les feuilles de Primula veris, qui ont un goût anisé, se consomment en salade ou dans des farces pour la viande (mais avec parcimonie).
Les fleurs servent à parfumer les confitures, à décorer les salades ou orner un plat asiatique (faites-en flotter quelques-unes dans une soupe en guise de touche décorative). Délicatement parfumées, elles s'ajoutent aussi aux salades de légumes ou de fruits. Vous pouvez aussi faire du confit avec les fleurs.
En Angleterre, certains amateurs se fabriquent une sorte d'hydromel de primevère officinale.

Les feuilles et fleurs peuvent être consommées crues ou cuites comme pour la primevère élevée (Primula eliator), la primevère acaule (Primula vulgaris) et Primula juliae. Les feuilles sont meilleures lorsqu'elles sont jeunes et apportent une note légèrement anisée un peu piquante (que l'on retrouve en plus fort dans les racine) dans une salade composée. Après le printemps, il vaut mieux les cuire en soupe ou en légume mais de préférence avec d'autres plantes car elles sont parfois un peu fortes. La friture les rend croustillantes à souhait. Elles flétrissent lorsque la plante a formé ses graines. Les fleurs sont consommées en salade mêlées à d'autres fleurs et interviennent dans différents breuvages (thés, tisanes, infusions, sirops ; aromatisation du vin et des vinaigres). Elles décorent les plats chauds ou froids et sont également utilisées confites au sucre en pâtisserie.

Attention : une surconsommation de primevère officinale peut provoquer des vomissements et des diarrhées. Elle est donc contre-indiquée en cas de gastrite ou d'ulcère gastrique.

  • Propriétés et usages médicinaux :

Les fleurs, adoucissantes et calmantes, sont utilisées dans des mélanges pectoraux.
Les feuilles sont anti-ecchymotiques.
Toute la plante et particulièrement la racine ont des propriétés analgésiques, anti-spasmodiques, diurétiques, pectorales et expectorantes
En Europe on utilise médicinalement la primevère élevée, une espèce extrêmement variable indigène en Europe et en Asie occidentale. La primevère officinale (Primula veris) a une distribution et des usages médicinaux identiques. C’est de la racine qu’on extrait les principes actifs.

Une tisane de racines de primevère officinale peut être bue en cas de toux et de bronchite, car elle permet de liquéfier les glaires et donc de les évacuer plus facilement en toussant. Les feuilles ont une action similaire mais moins puissante. Ainsi, jadis, la primevère soignait diverses affections comme les bronchites, la toux, les migraines et les rhumatismes. Les fleurs sont censées avoir des propriétés apaisantes, préconisées en cas d'hyperactivité et d'insomnie, en particulier chez l'enfant, car les fleurs ont une action sédative.
En infusion, les fleurs calment et favorisent le sommeil ; en compresses avec de l'huile macérée, elles apaisent les enflures et les coups.

La primevère officinale dans une Oasis Nature

  • Où la planter ?

La primevère officinale est une plante de forte lumière, à installer dans des prairies, des jardins herbeux, en bordure de massifs, sur des talus et dans des bois clairsemés qui laissent pénétrer la lumière. Le sol doit être préférentiellement calcaire.
Primula veris aime la fraîcheur : privilégiez sa plantation dans le nord de la France en évitant les régions chaudes du Sud.

  • Quand planter Primula veris ?

La base des fleurs apparaît généralement à l'automne de l'année précédente, mais les boutons de fleurs sur les tiges deviennent visibles à la fin de l'hiver ou au début du printemps. Plantez-la soit à l'automne, soit en tout début de printemps.

  • Comment la planter ?

Plantez simplement la motte dans le sol, en veillant à juste recouvrir le haut du système racinaire.
Attention : le contact de la primevère officinale avec la peau peut provoquer, dans certains cas, une éruption accompagnée de démangeaisons. Les personnes allergiques doivent manipuler les coucous avec prudence.

  • Entretien et taille :

La nature fait bien les choses, la primevère officinale se passe de tout entretien !
Si les feuilles se flétrissent durant l'hiver, laissez-les sur pied. Il n'y a pas de taille à proprement parler sur Primula veris.

  • Maladies, nuisibles et parasites :

Les feuilles et les fleurs des primevères officinales sont souvent endommagées par les limaces et de nombreuses espèces d'insectes.
Lorsqu'une humidité excessive demeure longtemps, des champignons et autres maladies fongiques peuvent affaiblir sérieusement le pied.

  • Récolte :

Cueillez les feuilles au printemps avant la floraison, les fleurs en avril ou en mai (avec les sépales), et prélevez les racines à l'automne.
Séchez puis conservez les feuilles et les racines dans des récipients en verre ou en porcelaine.
Conservez les fleurs pour un usage culinaire : faites-les sécher individuellement sur une claie et servez-les en infusion.

  • Multiplication de Primula veris :

On peut multiplier la primevère par semis mais aussi par division de la touffe.
Les primevères se divisent bien après 3 ou 4 ans. La meilleure saison pour le faire est l'automne. Mais la reproduction sexuée, après formation de graines, est classique. Le fruit est une capsule et les graines doivent subir une stratification froide avant d'être semées.


Je crée mon Oasis Nature !

Accueillez la biodiversité chez vous en transformant votre jardin ou balcon en Oasis Nature !

Propulsé par HelloAsso

Commentaires

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. . Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. . Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’éro...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 790408
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 366599
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 154612
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 220165
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 43570
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 292271

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy