POPULARITÉ
16

Le Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes)

Éditer
Troglodyte_1-alain_-_light

Tout chez cet oiseau incite à la sympathie : son nom, son allure, sa taille… Le Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) bâtit un très caractéristique nid en boule avec un orifice latéral adossé à une paroi rocheuse ou à un mur rappelant un habitat troglodytique dont il tire son nom.
Souvent appelé roitelet des haies, il est le seul représentant de sa famille en Europe. Mais il possède deux cousins nord-américains qui lui ressemblent fortement: le Troglodyte des forêts à l'Est et le Troglodyte de Baird à l'Ouest, desquels il n'a été séparé spécifiquement que très récemment.

Description

Le Troglodyte mignon est, avec le Roitelet huppé, un des plus petits passereaux de France. Il mesure moins de 10 cm de longueur et ne pèse que 8 g environ. Sa silhouette est très typique : un corps rond sur une tête massive prolongée par un bec fin légèrement courbe, une très courte queue (3,5 cm) fréquemment tenue relevée. Ses ailes, courtes et arrondies, battent très rapidement et lui confèrent une envergure de 12 à 18 cm environ. Mâles, femelles et juvéniles sont identiques d'aspect. La couleur de son plumage est d'un brun assez chaud, nuancé par endroits de marron, notamment sur la queue. Une confusion avec un autre oiseau n’est guère possible.

C’est un oiseau toujours en mouvement, toujours en quête de nourriture, sautillant à vive allure entre les pierres, les arbustes.

Ecologie

Le Troglodyte mignon est un oiseau forestier plutôt inféodé aux parties humides des forêts feuillues et mixtes particulièrement dans la strate arbustive de l’étage forestier. Il est abondant dans les ripisylves, ces formations boisées (arbres, arbustes, buissons) qui se trouvent aux abords des cours d'eau. En effet, il a besoin d’un sous-bois dense et riche avec un accès facile au sol. Mais c’est un oiseau dit "plastique" qui a très bien su s’adapter aux milieux anthropisés (bocage, parcs et jardins…).

Il habite une très vaste zone géographique allant de l'Islande aux Îles Aléoutiennes, en passant par la Sibérie et le Maghreb. Les oiseaux des zones tempérées sont sédentaires tandis que celles du Nord sont migratrices partielles.

C’est un insectivore se nourrissant surtout d'arthropodes, d'araignées, d’insectes comme les pucerons, mouches, opilions, petits papillons ainsi que leurs larves et chenilles. Il se nourrit au sol en fouillant la terre, les crevasses des arbres et la litière. Il ne dédaigne pas quelques baies et graines. Il peut aussi consommer des alevins de poissons ou les têtards d'amphibiens.

Le Troglodyte mignon est aussi un polygame. Le mâle construit plusieurs nids (jusqu’à 3 ou 4), avec l'espoir d'attirer, par son chant, plusieurs femelles. C’est à la femelle que revient le choix du nid qu’elle finira de préparer à son goût avec de la mousse et des feuilles mortes et dans lequel elle pondra. La ponte est de 5 à 8 œufs blancs aux tâches rougeâtres qu'elle couvera seule pendant une quinzaine de jours. Les jeunes, nourris par les deux parents, quittent le nid 10 à 15 jours après l'éclosion mais restent encore à leur charge pendant une quinzaine de jours.

Quand les insectes sont abondants et l’environnement propice à construire des nids, les femelles élèvent deux voire trois nichées dans l’année.

Le Troglodyte et l’Homme

Les anciens grecs l’avaient bien identifié dans la faune de l’époque et lui avait attribué la caractéristique de se blottir sous l’aile d’un aigle.

Le troglodyte est commun et non menacé sur la quasi-totalité de son aire (classé LC – non menacé- par l’UICN, Union Internationale pour la Conservation de la Nature). Les hivers rigoureux peuvent décimer le troglodyte mais ses capacités de récupération sont remarquables avec, par exemple, suite à une perte de 50 % des effectifs, une récupération de la population initiale en 3 ans.

Une sous-espèce endémique présente sur l’île de Fair Isle (T. t. fridariensis) est cependant classée vulnérable (sa population ne dépasse pas une centaine de couples). En France, c’est une espèce intégralement protégée depuis la loi sur la protection de la nature du 10 juillet 1976.

Un Troglodyte dans une Oasis Nature

Vous ne pouvez le manquer ! Bien campé en évidence sur un muret, branche, souche, rocher ou autre support, la queue relevée accompagnée de mouvements saccadés, tête redressée, il déclame un chant puissant, étonnant pour sa taille !

Pour qu’il fréquente votre Oasis Nature, il lui faudra un fouillis végétal dense ainsi qu’un coin "sauvage" où il peut satisfaire son côté fouineur, passant la majorité de son temps au sol ou très près du sol à explorer la litière, les tas de branchages, les tas de compost, les stères de bois, un sol couvert de débris végétaux morts, pour y débusquer les arthropodes dont il se nourrit.

En climat tempéré, on peut l'observer toute l'année sur son territoire. Il apprécie plus particulièrement le sorbier, le sureau et l’aubépine.

Pour nidifier, il lui faut un support pour s’accrocher comme le lierre le long d'un mur, un rocher, un tronc ou une souche d'arbre déraciné par le vent, un tas de branchage, un "mur" de thuyas ou une anfractuosité… Il occupe également sans problème les nichoirs à mésange.

Cet insectivore qui consomme en grande partie de larves d’insectes est très utile au jardin. Il permet naturellement d’éliminer toutes sortes d’arthropodes et d’éviter leurs ravages dans les jardins et cultures. Il fréquente peu les mangeoires mais accepte les miettes de pain ou de gâteau répandues au sol.


Je crée mon Oasis Nature !

Rejoignez notre réseau de membres engagés pour la nature et accueillez la biodiversité chez vous en transformant votre jardin ou balcon en Oasis Nature !

Commentaires

1
2020-06-11 08:53:03 +0200

En ce moment une première nichée sortie du nid piaille et volette dans les buissons et quémandant de la nourriture aux parents...qui n'arrêtent pas !
ça met de l'ambiance dans l'OASIS !!

1

0
2020-06-12 09:17:53 +0200

Merci beaucoup. J’ai beaucoup de tendresse pour les troglodytes qui étaient un des oiseaux préférés de ma mère. Elle avait... Une copine chauve-souris qui venait la voir quand elle était seule : un soir où je suis restée avec elle et sa « copine » est venue. J’étais sidérée !!!

0

0
2020-06-14 10:10:41 +0200

Mignon troglodyte...Il nichait dans un lierre contre le mur de ma maison dans les marais ...

0

0
2020-08-07 07:00:36 +0200

J'adore ce merveilleux chanteur ! Au fil de mes années de vie en forêt (12 ans) j'ai eu quelques nids assez incongrus : 2x dans une grosse noix d'un mobile en bambou et pour la troisième fois consécutive, Monsieur Troglo à trouvé bien de faire son nid dans le bout d'un rouleau en bambou suspendu assez haut ! J'ai eu la chance un jour de les voir quitter le nid, c'était très émouvant :)
Je vis toujours en forêt actuellement. Belgique Viroinval.

0

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. . Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. . Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’éro...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 783625
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 365982
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 143089
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 220212
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 41521
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 291557

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy