Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
L'orvet commun (Anguis fragilis)

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

L'orvet commun (Anguis fragilis)

Publié le 10/08/2022

On le nomme parfois « serpent de verre »... à tort ! Même s'il appartient à la grande famille des reptiles et qu'il se débarrasse de sa peau une fois devenue trop petite, l'orvet se rapproche davantage du lézard que du serpent. Dans les deux cas, il est inoffensif et peut même vous être utile au sein de votre Oasis Nature en dévorant toutes sortes d'invertébrés.

L'orvet, un lézard sans pattes

Son nom latin Anguis fragilis (serpent fragile) lui vient en référence à sa capacité d’autotomie, c'est-à-dire à sa faculté de détacher une partie de sa queue pour servir de leurre à un prédateur qui l'attaquerait, comme le lézard. Mais contrairement à ce dernier, l'orvet ne peut pas totalement régénérer totalement son membre perdu.

Totalement apode (sans pattes, ni pieds, ni nageoires) et privé de venin, l’orvet peut atteindre 50 centimètres de longueur. On le trouve partout en Europe, Turquie et Afrique du Nord, jusqu’à 2000 mètres d’altitude. Cet étrange animal de couleur gris-brun à bronze avec des lignes vertébrales noires sur le dessus et le ventre sombre peut vivre jusqu'à 20 ans. Il possède une petite tête qu'on distingue difficilement de son corps et une queue arrondie à son extrémité. Ses écailles homogènes sur tout le corps et ses paupières mobiles le distinguent facilement du serpent.

L'orvet est donc communément classé parmi les lézards et est totalement inoffensif pour l'homme.

storage?id=2552340&type=picture&secret=A8ujzLLGDgjsxUugzMq6OOTDu9FYPf6NxqpoYdHG&timestamp=1659520851

Une préférence pour les milieux humides

L’orvet est un animal crépusculaire qui vit caché dans les prairies humides, les landes, les friches, les zones rocheuses, en bordure de forêts et dans les jardins. C’est un redoutable carnivore ! Ses petites dents pointues recourbées vers l’arrière lui servent à déchiqueter ses proies : insectes larvaires et vers de terre dans le sol, limaces et araignées en surface.

Pendant l'hiver, l'orvet hiberne soit dans une cachette comme une vieille souche, soit dans un terrier qu'il creuse par ses propres moyens et qu'il ferme avec de la terre et de la mousse. Entre avril et juin vient la saison de la reproduction. La femelle pond alors une quinzaine d’oeufs protégés par une membrane que les juvéniles briseront à la naissance, trois mois plus tard. Les jeunes orvets sont immédiatement autonomes.

L'orvet, une espèce menacée ?

En France, l'orvet est protégé par l’arrêté du 19 novembre 2007 fixant les listes des amphibiens et des reptiles protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection. Malgré son classement en "Préoccupation mineure" par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l'orvet est en déclin du fait des pesticides et fongicides utilisés dans l'agriculture intensive qui l'empoisonnent et de la méconnaissance des gens qui le confondent avec le serpent. La circulation routière et l’urbanisation croissante ne sont pas non plus sans conséquences sur la diminution des populations d'orvets.

storage?id=2552977&type=picture&secret=Gh2OEbGyxp9bS1jvEDbx2FtmPOe3cRhjY7TetrbQ&timestamp=1659531166

Dans une Oasis Nature

Difficile à observer car plutôt craintif, l'orvet a vite fait de disparaître dans sa cachette. Mais lorsqu'il est de sortie, il est un véritable allier pour le jardinier ! En tant que semi-fouisseur carnivore, il appréciera les tas de compost et de feuilles mortes pour y extraire ses proies.

Amateur de limaces, il en protège les choux et les salades du potager. Si vous acceptez sa présence dans votre Oasis Nature, il sera à l’abri des pesticides et de la circulation routière. Attention tout de même lorsque vous tondez la pelouse ! On préfèrera un jardin non-tondu ou avec des méthodes plus douces comme la tondeuse manuelle pour préserver les petits habitants du sols. Même si l’orvet est plutôt actif le soir, il peut être paisiblement présent en journée dans une haie ombragée ou une zone humide.

La présence de l’orvet est un critère de biodiversité et de qualité de milieu. Apprendre à le reconnaître permet de mieux le protéger. Si vous en croisez dans votre Oasis Nature, préservez-le !

storage?id=2552981&type=picture&secret=3bM66x0l8VDBj1gpLgX9l6zCpMxzQGFfMicHyIXn&timestamp=1659531235
Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Oasis Nature Espèces menacées
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
#MonOasisNature : merci pour votre mobilisation !

#MonOasisNature : merci pour votre mobilisation !

Poursuivez ici selon votre inspiration...Le 22 mai 2020, Journée mondiale de la biodiversité,...

26 mai 2020
Visite de l'Oasis Nature du "Jardin éco-poétique du 16 bis"

Visite de l'Oasis Nature du "Jardin éco-poétique du 16 bis"

Le 4 juillet, venez fêter les Jardins ouverts au "Jardin éco-poétique du 16 bis" à...

29 juin 2020
Traversée de la France à pied : une Oasis Nature semi-sauvage

Traversée de la France à pied : une Oasis Nature semi-sauvage

Poursuivez ici selon votre inspiration...Humanité et Biodiversité soutient la Traversée de la...

30 décembre 2020
Comment concevoir un jardin en Oasis Nature ?

Comment concevoir un jardin en Oasis Nature ?

La conception d'un jardin écologique "Oasis Nature" doit tenir compte de la zone climatique et...

15 mars 2012
Une prairie fleurie dans votre jardin

Une prairie fleurie dans votre jardin

Développer une prairie fleurie pour faciliter la biodiversité, c'est idéal si votre jardin est...

3 février 2012
Installer un nichoir à oiseaux

Installer un nichoir à oiseaux

Vous aimeriez vous aussi participer à la sauvegarde des oiseaux ? Vous souhaitez un ou des...

2 février 2012