Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark

Retour
Le Sabot de Vénus (Cypripedium calceolus)

Le Sabot de Vénus (Cypripedium calceolus)

Que planter en automne dans votre Oasis Nature ? À côté des traditionnels bulbes de jonquilles et autres crocus, pourquoi ne pas essayer le Sabot de Vénus ? Cette orchidée enchantera votre jardin avec ses fleurs d'une rare élégance une fois le printemps venu. Outre son intérêt ornemental, vous participerez peut-être à la dissémination d'une plante rare et protégée au niveau national.

Un "piège d'amour" aux couleurs vives

La fleur du Sabot de Vénus (Cypripedium calceolus) compte parmi les fleurs les plus grandes de la flore d'Europe occidentale, et possède la fleur la plus grande parmi les orchidées européennes. Colorées de jaune clair, de vert et de marron rougeâtre, accentuées par un beau feuillage, ses fleurs ont la forme d’un petit sabot d'où elle tire son nom populaire. C'est en fait un "piège d'amour" dans lequel tombent les insectes (souvent une abeille sauvage du genre Andrena), d'où ils repartent couverts de pollen, avant d'aller visiter d'autres fleurs qui seront ainsi pollinisées. On l’appelle aussi Sabot de la Vierge ou Soulier de Notre-Dame.

Le Sabot de Vénus développe des fleurs hermaphrodites (à la fois mâle et femelle). Chaque fleur possède trois pétales et trois sépales. Les sépales, longs de 5 cm sont de forme lancéolée. Leur couleur varie entre brun rouge et brun chocolat. Généralement, cette espèce ne produit qu'une à deux fleurs par individu, très rarement trois.

Cette plante herbacée vivace à souche rampante pousse fréquemment en petites touffes de 2 à 6 tiges, partageant un système racinaire commun. La tige dressée peut atteindre les 60 cm de hauteur et porte habituellement trois à cinq feuilles alternes de forme ovale-lancéolée et à nervures saillantes. De petits poils recouvrent la partie inférieure de ses feuilles vert clair.

L'espèce fleurit de mai à juillet. Son fruit prend la forme d'une capsule et reste parfois jusqu'à l'été suivant sur la tige séchée. Le rhizome s’étend facilement et, sur le feuillage de plus en plus touffu, vous découvrirez chaque année de plus en plus de fleurs.

storage?id=1910668&type=picture&secret=OxUou8vm2xXOzhXlaQKbRD0sC7NFWV9jVLL4shld&timestamp=1634725584

Une orchidée résistante au froid

Cette orchidée terrestre aime l’ombre et les endroits semi-ombragés. Elle se plaît bien en pleine terre, en sol sablonneux et riche en humus (sol neutre à tendance alcaline). Elle est rustique au froid supportant jsuqu’à - 25 °C.

Le Sabot de Vénus est présent en Europe, en Asie (Caucase) mais aussi au Japon et en Amérique du nord. À l'état sauvage, on la trouve plus particulièrement dans les bois et pâturages. En France, ses effectifs sont surtout représentés en Meurthe-et-Moselle, Haute-Marne, Côte-d'Or ; sur les montagnes du Jura, des Alpes et des Pyrénées.

C'est une plante qui est très liée aux champignons ! Ainsi, les racines de la plante doivent s'associer avec les filaments d'un champignon permettant à l'orchidée de prélever l'eau et les sels minéraux dans le sol. Pour germer, les graines elles doivent être infectées par un autre champignon microscopique.

De la plante médicinale à l'espèce protégée

Sa naissance nous est contée par plusieurs légendes, dont une grecque. La déesse Vénus découverte par un berger, s’enfuit en abandonnant un de ses sabots. Le berger voulût le ramasser mais le sabot disparût et à sa place poussa une orchidée : notre Sabot de Vénus.

Le Sabot de Vénus fait également partie de la pharmacopée des indiens d’Amérique du Nord comme sédatif des états nerveux, de l’anxiété et du stress. Cette superbe orchidée soulagerait des troubles de l’insomnie et des dépressions, calme les tensions nerveuses et soulage des douleurs de la menstruation. En Europe, elle a surtout été utilisée comme plante hypnotique et sédative, d’où son nom anglais de Lady’s slipper.

Aujourd'hui, Cypripedium calceolus est une plante protégée au niveau français, mais aussi européen au titre de la Directive Natura 2000 et au niveau mondial au titre de la convention de Berne. Si vous la croisez dans la nature, prenez-la en photo mais ne la cueillez surtout pas, vous seriez en infraction.

storage?id=1910656&type=picture&secret=GeUdfEJutl5e0Vh6qBUkpIEMQCKXY8quXHZ6icPx&timestamp=1634725374

Le Sabot de Vénus dans votre Oasis Nature

Si vous ne pouvez pas cueillir de Sabot de Vénus dans la nature, rien ne vous empêche d'en planter au sein de votre Oasis Nature ! Facilement multipliable in vitro, les Sabots de Vénus en vente proviennent de sujets cultivés et non prélevés à l'état sauvage. La plante pousse lentement et son prix varie en fonction du nombre de tiges florales, mais aussi de l’espèce ou de la variété. Les orchidées sont des plantes très prisées et restent assez chères mais n’hésitez pas à acheter des plants défleuris et soldés ; ils refleuriront l’an prochain.

C'est une plante facile à garder en pleine terre, en soignant sa plantation. Si elle se plaît, elle vivra très longtemps dans votre Oasis Nature ! En pleine terre, plantez le rhizome de préférence en automne voire au printemps. Bêchez la terre à l’avance puis creusez un grand trou et ajoutez du sable pour garantir un bon drainage. N'ajoutez jamais de fumier. Le rhizome sera placé à quelques centimètre de la surface. Comblez ensuite le trou et tassez bien la terre en arrosant immédiatement. On peut multiplier la plante par division des touffes mais uniquement quand le rhizome est suffisamment développé. La plante est du meilleur effet en rocaille ombragé ou en sous-bois, sous une haie feuillue par exemple.

Attention, le Sabot de Vénus est très sensible aux limaces et aux escargots ainsi qu’à la pourriture grise.

Certaines espèces comme Cypripedium kentuckiense sont livrés en pot de culture. Il conviendra de planter le pot et son substrat directement. Ainsi, vous ne risquez pas d’endommager les boutons latents et le rhizome profitera au mieux de son substrat spécifique difficile à reconstituer dans un jardin. Cette espèce vivant en pot sera l’hôte privilégié de vos terrasses et balcons. Il faudra veiller à l’arroser régulièrement pour prévenir le dessèchement des racines. Vous pouvez également opter pour une espèce à la couleur originale, le Sabot de Vénus rose, Cypripedium reginae.

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Oasis Nature
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
#MonOasisNature : merci pour votre mobilisation !

#MonOasisNature : merci pour votre mobilisation !

Poursuivez ici selon votre inspiration...Le 22 mai 2020, Journée mondiale de la biodiversité,...

26 mai 2020
Visite de l'Oasis Nature du "Jardin éco-poétique du 16 bis"

Visite de l'Oasis Nature du "Jardin éco-poétique du 16 bis"

Le 4 juillet, venez fêter les Jardins ouverts au "Jardin éco-poétique du 16 bis" à...

29 juin 2020
Traversée de la France à pied : une Oasis Nature semi-sauvage

Traversée de la France à pied : une Oasis Nature semi-sauvage

Poursuivez ici selon votre inspiration...Humanité et Biodiversité soutient la Traversée de la...

30 décembre 2020
Comment concevoir un jardin en Oasis Nature ?

Comment concevoir un jardin en Oasis Nature ?

La conception d'un jardin écologique "Oasis Nature" doit tenir compte de la zone climatique et...

15 mars 2012
Une prairie fleurie dans votre jardin

Une prairie fleurie dans votre jardin

Développer une prairie fleurie pour faciliter la biodiversité, c'est idéal si votre jardin est...

3 février 2012
Méthode Miyawaki : recréer rapidement une forêt naturelle

Méthode Miyawaki : recréer rapidement une forêt naturelle

Qui est Akira Miyawaki ? C'est un vieux Monsieur de plus de 90 ans, éminent botaniste et...

27 décembre 2019